Les guitares PRS, des instruments 100% made in USA

Les guitares PRS, des instruments 100% made in USA

Les guitares de la marque Paul Reed Smith ont séduit des artistes parmi les plus célèbres comme Santana qui a désormais un modèle à son nom. Comment sont-elles fabriquées ?

Si les Français sont brillants en cuisine, les Américains le sont en instruments de musique. Chez Paul Reed Smith, on atterrit dans une boulangerie de guitares. Près de 300 personnes travaillent dans son usine pour en fournir un millier par mois. Ici, le processus de fabrication prend entre huit et dix semaines.

Pour réussir un instrument avec un son parfait, il faut commencer par sélectionner le bois. Dans l'usine de Paul, chaque détail compte. Sur ses guitares, on voit des dessins d'oiseaux. Des signes distinctifs qui permettent de reconnaître qu'elles ont été fabriquées chez lui. Ces dernières sont ensuite poncées, puis peintes en couleurs différentes. Arrive enfin le moment fatidique où l'on vérifie les instruments et surtout le son qu'ils produisent. Les guitares PRS coûtent entre 500 et 5 000 euros, et certains modèles très rares jusqu'à 50 000 euros.

Ce sujet a été diffusé dans le journal télévisé de 13H du 24/10/2020 présenté par Anne-Claire Coudray sur TF1. Vous retrouverez au programme du JT de 13H du 24 octobre 2020 des reportages sur l’actualité politique économique, internationale et culturelle, des analyses et rebonds sur les principaux thèmes du jour, des sujets en régions ainsi que des enquêtes sur les sujets qui concernent le quotidien des Français.

Toute l'info sur

LE WE 13h

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EXCLUSIF - "J'ai vu la mort arriver" : Romain Grosjean raconte son effroyable accident

EN DIRECT - Covid-19 : la SNCF pourrait perdre jusqu'à 5 milliards d'euros en 2020

Roumanie : un mystérieux monolithe métallique découvert, semblable à celui trouvé dans l'Utah

Allemagne : une voiture percute des passants dans une zone piétonne, cinq morts et plusieurs blessés

"Il faut rembourser la dette" : Bruno Le Maire esquisse la fin du "quoi qu'il en coûte"

Lire et commenter