Les taxes Trump sur les vins et cognacs français désormais en vigueur

Les taxes Trump sur les vins et cognacs français désormais en vigueur

DOUANE - Parmi les mesures que l'on retiendra de l'ère Trump, il y a cette taxe de 25% appliquée à partir de ce mardi sur le cognac et le vin français, non pétillant. Avec quelles conséquences pour les producteurs ? On fait le point.

La filière française des vins et spiritueux, nouvelle victime du différend sur l'aéronautique qui oppose la France et les États-Unis. À trois semaines de la fin de son mandat, l'administration Trump a en effet annoncé qu'elle allait imposer à partir de ce mardi des droits de douane supplémentaires sur des produits européens, notamment les vins (hors vins effervescents comme le champagne) et cognacs. Washington y est autorisé par l'Organisation mondiale du commerce (OMC) dans le cadre de son interminable différend avec l'UE sur les aides publiques à Airbus et Boeing.

"On redoutait l'escalade du conflit, on y est, et ça va durer", a déploré auprès de l'AFP le président de la Fédération des exportateurs de vins et spiritueux français, César Giron, estimant que le manque à gagner pourrait dépasser le milliard d'euros pour la filière viticole. 

Toute l'info sur

Commerce mondial : Trump déclenche la "guerre des taxes"

Même inquiétude pour Anthony Hudry, le directeur commercial export des vins Château Puech-Haut à Saint-Drézery dans l'Hérault. "Aujourd'hui encore, une bouteille de mon domaine vaut 20 dollars pour le consommateur, soit 19 euros, demain elle va valoir 30 dollars", déplore-t-il. Une augmentation qui risque bien sûr de freiner les clients. "Le consommateur va avoir beaucoup plus de mal à acheter des vins français, et va se détourner vers des vins californiens, ou d'autres marchés export qui ne sont pas du tout taxés", confirme-t-il. 

La filière du cognac dans la tourmente

Depuis octobre 2019, les États-Unis imposaient un droit de douane de 25% sur les vins tranquilles de moins de 14 degrés, vendus en contenants de moins de deux litres. Désormais trois catégories supplémentaires sont concernées par cette nouvelle taxe américaine : les spiritueux, les vins en vrac et les vins de plus de 14°C. Résultat, les producteurs de cognac sont également dans l'oeil du cyclone puisque cette mesure va se traduire par un ralentissement de l'activité. "C'était vraiment un marché qu'on souhaitait développer pour 2021-2022 et du coup ça va freiner un peu notre stratégie de développement aux États-Unis", explique Jean Pasquet, producteur des "Cognac Pasquet". 

Lire aussi

Il faut dire que le manque à gagner s'annonce conséquent. Avec 85 millions de bouteilles exportées aux États-Unis l'an dernier, la filière du cognac risque ainsi de perdre son principal client. "C'est 60.000 emplois directs et indirects et 3 milliards d'euros de revenus pour la région directement", souligne Raphaël Delpech, le président du bureau national interprofessionnel du cognac. Et l'arrivée de Joe Biden à la Maison-Blanche ne risque pas de changer la donne. Dans son programme, il n'a en effet pas précisé vouloir modifier les taxes appliquées sur les produits français.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : plus de deux millions de morts dans le monde depuis le début de la pandémie

Covid-19 : Frédéric Mitterrand hospitalisé en urgence à Paris

Impôts : faites-vous partie des bénéficiaires de l'acompte versé ce vendredi ?

Vaccination : c'est parti pour la prise de rendez-vous en ligne sur le site Sante.fr

Les alertes neige sont levées, un département en vigilance crues

Lire et commenter