VIDÉO - Les terribles images de l'attaque au couteau du candidat à la présidentielle brésilienne Jair Bolsonaro

DirectLCI
COUP DE COUTEAU - Le député brésilien Jair Bolsonaro, candidat de l'extrême droite à la présidentielle, a été attaqué ce jeudi à l'arme blanche lors d'un meeting. Grièvement blessé, il a été transporté à l'hôpital où son état est désormais stable. L'agresseur présumé dit avoir agi sur "ordre de Dieu".

D'impressionnantes images télévisées montrent le député brésilien d'extrême droite et candidat à la présidentielle Jair Bolsonaro victime d'une attaque à l'arme blanche jeudi. Grièvement blessé au thorax, l'homme s'effondre en arrière avant d'être évacué. Il participait alors à un meeting de campagne dans une rue bondée d'une ville de l'État du Minais Gerais, Juiz de Fora.


Son fils a annoncé sur Twitter qu'il "a reçu un coup de couteau à l'abdomen". Il est touché au foie, aux intestins et aux poumons. Jeudi soir, son état était considéré "stable", bien que "fragile", par son colistier, le général Hamilton Mourao. Il devrait passer au moins une semaine, peut-être dix jours, à l'hôpital et pourrait mettre deux mois à se remettre de ses blessures.

L'agresseur présumé dit avoir agi "sur l'ordre de Dieu"

Adelio Bispo de Oliveira, 40 ans, dit avoir agi "pour raisons personnelles" et "sur l'ordre de Dieu", selon un rapport préliminaire de la police militaire brésilienne. L'avocat de l'agresseur a déclaré que son client l'avait assuré avoir agi "pour des motifs religieux, de type politique et également en raison des préjugés que montre Bolsonaro à chaque fois qu'il parle de race, de religion et des femmes". 


Sur son profil Facebook, Bispo de Oliveira avait posté récemment divers messages critiques envers Jair Bolsonaro. Il a activement publié des posts à contenu politique favorables à la gauche au Brésil et au gouvernement du président vénézuélien Nicolas Maduro.

La classe politique condamne

L'agression dont Jair Bolsonaro a été victime, survenue le jour où un juge de la Cour suprême a rejeté l'appel de Lula

contre son inéligibilité, a suscité de vives condamnations de la part du reste de la classe politique. Fernando Haddad, qui devrait être le candidat du Parti des travailleurs à la place de l'ancien président, a dit sa "honte" et son "horreur", tandis qu'un autre candidat de gauche, Ciro Gomes, a condamné toutes les formes de violence politique.

Grand admirateur de la dictature militaire (1964-85) et habitué des dérapages racistes, misogynes ou homophobes, Jair Bolsonaro arrive largement en tête des intentions de vote du premier tour de la présidentielle (22%), selon le premier sondage réalisé après l'invalidation de la candidature de Lula, jusque-là grand favori. Il serait toutefois battu par la quasi totalité de ses adversaires au deuxième tour.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter