À Belgrade, Macron joue la carte de l'apaisement en prononçant un discours en serbe

International

Toute L'info sur

La présidence Macron

DIPLOMATIE LINGUISTIQUE - En visite officielle à Belgrade ce lundi 15 juillet, Emmanuel Macron a prononcé un discours en serbe, à la surprise générale de la foule venue l'écouter. Un geste symbolique, après l'incident diplomatique du 11 novembre dernier.

"Merci de votre exceptionnel accueil", a lancé Emmanuel Macron à la foule venue l'écouter ce lundi 15 juillet à Belgrade, dans le parc Kalemegdan, près du fleuve du Danube. Rien d'incroyable jusque-là, si ce n'est que le président a prononcé une partie de son discours dans la langue nationale. Un geste qui a semblé séduire le public, puisque son intervention a été plusieurs fois interrompue par des "Vive la France !". Un geste surtout symbolique, considérant l'état des relations entre la Serbie et la France depuis l'incident diplomatique survenu novembre dernier. 

Voir aussi

Le 11 novembre 2018, le président serbe Aleksandar Vucic, alors en visite à Paris, s'était retrouvé relégué en tribune secondaire pour les cérémonies de célébration du centenaire de l'Armistice. Le président kosovar, lui, avait été placé dans la tribune principale, aux côtés d'Emmanuel Macron et des principaux chefs d'Etat, tels que Donald Trump ou Vladimir Poutine. Le Kosovo étant une ancienne province serbe dont Belgrade ne reconnait pas l'indépendance, l'incident avait particulièrement vexé le chef de l'Etat serbe.

Première visite officielle depuis 18 ans

Quelques heures après cet épisode, un monument dédié à l'amitié entre les deux pays avait été vandalisé par des Serbes, visiblement mécontents de l'incartade commise par Paris. Et c'est d'ailleurs un monument semblable, datant de 1930, qu'Emmanuel Macron a tenu à inaugurer dans le parc de Belgrade. "Vous montrez ainsi que le message écrit sur ce monument 'Aimons la France comme elle nous a aimés' vit toujours, 100 ans plus tard", a déclaré le président français - toujours en serbe. 

Cela faisait 18 ans qu'un chef d'Etat français ne s'était pas rendu en Serbie, la dernière visite remontant à 2001 avec Jacques Chirac, quelques mois après la chute du régime de Slobodan Milosevi, l'ancien chef d'Etat yougoslave. 18 ans, "c'est beaucoup trop", a estimé Emmanuel Macron sur Twitter, publiant une photo le montrant à la tribune, accompagné d'Aleksandar Vucic. 

Paris et Berlin, principaux négociateurs

Pendant son allocution, Emmanuel Macron a appelé les Serbes à "chercher le bon compromis avec les Kosovars albanais" -cette fois en français. Ce dernier s'est également engagé auprès d'Aleksandar Vucic à organiser à Paris d'ici quelques semaines une "réunion avec les dirigeants kosovars", en la présence d'Angela Merkel, afin de "trouver une solution globale et pérenne". 

Voilà un an que Paris et Berlin jouent péniblement les négociateurs et tentent de pousser les deux pays au dialogue. Un sommet était d'ailleurs prévu dans ce but au mois de juillet à Paris mais a été annulé, le contexte n'y étant pas favorable. Aujourd'hui, la Serbie et le Kosovo ne trouvent pas de terrain d'entente et leurs relations ne sont toujours pas normalisées, 20 ans après la guerre du Kosovo. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter