VIDÉO - Première rencontre Macron-Poutine : pour Sarkozy, ça s'était plutôt mal passé

DirectLCI
CLASH - Emmanuel Macron reçoit Vladimir Poutine pour la première fois, ce lundi, à Versailles. L'occasion de revenir sur la première rencontre entre le président russe et Nicolas Sarkozy, en 2007. Apparemment éméché, ce dernier avait fait les délices de la presse. Sauf qu'une nouvelle version de l'histoire a depuis été avancée par le journaliste Nicolas Hénin.

Alors que le président russe fait son retour en France, pour la première fois depuis l'élection d'Emmanuel Macron, LCI revient sur une séquence surréaliste de la rencontre entre le patron du Kremlin et l'un des ex-chefs d'Etat français. Nous sommes en juin 2007, pour l'une des premières sorties présidentielles à l'international. A l'issue d'une entrevue avec Vladimir Poutine, Nicolas Sarkozy arrive devant la presse, essoufflé, balbutiant... Il ne faut pas plus de temps pour que la rumeur enfle : Nicolas Sarkozy était ivre, lors de cette réunion du G8 à Heiligendarm (Allemagne). Mais la réalité, a-t-on appris depuis, pourrait bien être différente. Si Nicolas Sarkozy était à ce point hébété, il le devait non pas à l'alcool (dont il n'est guère fan)... mais à la mise au point du président russe.

C’est en tout cas la version des faits relatée en décembre dernier dans un documentaire de France 2. Le journaliste Nicolas Hénin, auteur d’un livre intitulé "La France russe", publié il y a quelques mois et dans lequel il évoquait déjà cette anecdote, était revenu sur le face-à-face entre les deux hommes. Un tête-à-tête durant lequel Nicolas Sarkozy aurait critiqué la politique russe : le meurtre de la journaliste Anna Politkovskaïa, les droits de l'homme, la Tchétchénie… Selon Nicolas Hénin, le président russe aurait écouté son homologue en conservant un silence "qui installe une certaine gêne", avant de lui demander s'il a "fini".

"Ton pays, il est comme ça..."

"Je vais t'expliquer : ton pays, il est comme ça ; mon pays, il est comme ça", aurait ensuite lancé Vladimir Poutine, mimant avec ses mains la différence de taille entre la France et la Russie. Et d'ajouter : "Alors maintenant, ou bien tu continues sur ce ton et je t'écrase. Ou alors tu arrêtes et tu verras, tu viens juste de devenir président de la France mais je peux faire de toi le roi de l'Europe." Un discours ponctué d'insultes et de propos humiliants, assure le journaliste, duquel Nicolas Sarkozy ressort éberlué. Un choc exposé aux yeux des journalistes quelques minutes plus tard, donc. 


Interrogé à l'époque sur son "état", Nicolas Sarkozy avait assuré ne pas avoir bu une goutte d'alcool, expliquant avoir seulement été essoufflé en se dépêchant pour tenter de rattraper un retard. En effet, la conférence, censée débuter à 19 heures, avait commencé à 19h30. Il avait alors assuré que son entretien d’environ une heure avec le président russe s’était "bien passé" et qu’il avait "duré plus longtemps que prévu". Diplomatie oblige. 

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter