Manifestations aux États-Unis : Trump menace de déployer l'armée pour mettre fin aux violences

Description du sujet digitial
International

AVERTISSEMENT - Le président américain a annoncé le déploiement de "milliers de soldats lourdement armés" à Washington en réponse aux violences et aux émeutes survenues après la mort de George Floyd.

Une scène surréaliste s'est tenue lundi à Washington. Donald Trump a pris la parole lundi depuis la Maison-Blanche alors que la police évacuait au même moment des manifestants pacifiques à Lafayette Square, situé aux abord de la résidence du président américain. Dans une déclaration adressée à la nation, Donald Trump a promis de restaurer l'ordre dans une Amérique en proie à un déferlement de colère historique, menaçant de déployer l'armée si les villes et les Etats ne faisaient cesser les violences.

Une semaine après l'homicide à Minneapolis de George Floyd, un homme noir de 46 ans asphyxié par un policier blanc, New York, Los Angeles et des dizaines d'autres villes américaines ont renforcé leurs mesures sécuritaires, décrétant ou rallongeant un couvre-feu nocturne. Face aux troubles se surajoutant à la pandémie de coronavirus, Donald Trump a annoncé d'un ton martial le déploiement de "milliers de soldats lourdement armés" et policiers à Washington pour mettre un terme "aux émeutes" et "aux pillages". Il a jugé que les troubles de la veille dans la capitale fédérale étaient "une honte"

"Dominer les rues"

Appelant les gouverneurs à agir vite et fort pour "dominer les rues" et briser la spirale des violences, il leur a lancé une mise en garde. "Si une ville ou un Etat refuse de prendre les décisions nécessaires pour défendre la vie et les biens de ses résidents, je déploierai l'armée américaine pour régler rapidement le problème à leur place", a-t-il lancé, dénonçant des actes de "terrorisme intérieur"

Tandis qu'il s'exprimait dans les jardins de la Maison Blanche aux airs de camp retranché, la police a utilisé du gaz lacrymogène pour disperser des manifestants rassemblés à l'extérieur de l'enceinte. 

Lire aussi

"C'est le plus grand pays du monde. Et nous allons garantir sa sécurité"

L'objectif était de libérer le champ vers l'église Saint John, bâtiment emblématique tout proche qui a été dégradé dimanche soir. Le président s'y est rendu à pied, entouré de membres de son cabinet, pour s'y faire photographier, une Bible en main.

"Nous avons un grand pays", a déclaré Donald Trump devant l'église. 

"C'est le plus grand pays du monde. Et nous allons garantir sa sécurité", a-t-il ajouté un peu plus tard, rejoint devant le bâtiment notamment par le ministre de la Justice Bill Barr et par la porte-parole de la Maison Blanche, Kayleigh McEnany. Une scène qui a indigné l'évêque du diocèse épiscopal de Washington Mariann Budde : "tout ce qu'il a dit et ce qu'il a accompli ne fait qu'enflammer la violence", explique-t-elle au Washington Post. De son côté la maire de Washington DC, Muriel Bowser, a critiqué la décision de faire évacuer les manifestants de Lafayette Square 25 minutes avant le début du couvre-feu dans la capitale et ce, pour que Donald Trump puisse être pris en photo. "Honteux!", écrit-elle sur son compte Twitter.  

Toute l'info sur

Mort de George Floyd : l'indignation mondiale

Par dizaines voire centaines de milliers, des Américains ont manifesté samedi et dimanche contre les brutalités policières, le racisme et les inégalités sociales, exacerbées par la crise du Covid-19.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent