VIDEO - Migrants : le coup de gueule antiraciste d'une journaliste allemande

International
BUZZ - A l'antenne, une journaliste allemande a dénoncé la banalisation des insultes racistes sur internet, en pleine polémique sur l'afflux des migrants outre-Rhin. Publié sur Facebook, son coup de gueule a rencontré un très large succès.

Elle ne supportait plus la prolifération des propos racistes sur internet. Anja Reschke, une journaliste d'une chaîne de télévision publique allemande, a livré un véritable coup de gueule à l'antenne.

Elle appelle au "soulèvement des gens décents"

En pleine polémique sur l'afflux de réfugiés, en Allemagne comme dans le reste de l'Union européenne, la journaliste n'a pas hésité à intervenir au sujet de la multiplication des propos racistes, dénonçant sévèrement les commentaires racistes laissés sur internet, sous couvert d'anonymat. "Apparemment ce n'est plus honteux. Au contraire, pour des phrases comme 'tas de saleté, qu'il se noie dans la mer' vous pouvez obtenir un soutien enthousiaste et plein de likes", regrette-t-elle. 

"Les auteurs de cette haine doivent comprendre que notre société ne tolère pas ça. Du coup, lorsqu'on ne considère pas que les réfugiés sont des parasites qui doivent être chassés, brûlés ou gazés, on doit le dire très ouvertement", soutient-elle, appelant au "soulèvement des gens décents". "Il faut ouvertement clouer au pilori ceux qui tiennent des discours extrémistes. Certains blogs ont déjà le mérite de le faire mais ils sont encore trop peu nombreux", a-t-elle ajouté.

Plus de 5 millions de vues sur Facebook

La tirade de deux minutes, publiée ensuite sur Facebook, a rencontré un succès colossal avec désormais plus de 5,8 millions de vues en trois jours, et de nombreux commentaires, parfois positifs, parfois beaucoup moins.

Pour rappel, depuis le début de l'année, les violences contre les foyers ou futurs foyers de réfugiés ont explosé : 202 entre janvier et juin, autant que pour l'ensemble de 2014 selon des chiffres officiels. Des statistiques qui permettent de comprendre un peu plus ce coup de gueule.

À LIRE AUSSI
>> 
À Paris, l’interminable errance des migrants
>> 
Occupation et exode des migrants : la comparaison hasardeuse de Nadine Morano

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter