VIDÉO - Molenbeek : la police belge tire sur un véhicule, le conducteur disait transporter des explosifs

DirectLCI
SÉCURITÉ - La police belge a interpellé ce mardi le conducteur d'une voiture qu'elle avait pris en chasse. L'homme affirmait transporter des explosifs. Ce qui n'était finalement pas le cas.

De nouveau, des tirs ont retenti dans les rues de Molenbeek. Ce mardi soir, des policiers belges ont ouvert le feu sur un véhicule circulant dans cette commune de l’agglomération bruxelloise après que son conducteur a affirmé transporter des explosifs, rapporte le parquet fédéral. 


Vers 17h ce mardi, la police a pris en chasse un véhicule après que celui-ci a brûlé au moins un feu rouge à Anderlecht, autre commune bruxelloise, rapporte le site du quotidien belge La Libre. Le conducteur, qui n’aurait pas obéit aux ordres des policiers, est entré en collision avec un autre véhicule des forces de l’ordre. Malgré des tirs visant les pneus de sa voiture, destinés à l’immobiliser, le véhicule a repris sa course jusqu’à Molenbeek. Il la finira en heurtant un second véhicule de police.


C’est donc vers 17h30 que, d’après La Libre, le conducteur a finalement été interpellé. Celui-ci a déclaré aux policiers que sa voiture transportait des explosifs. 400 personnes ont été confinées dans le périmètre. Le Service d'Enlèvement et de Destruction d'Engins Explosifs (SEDEE) n’ont finalement rien trouvé d’anormal.

Propos incohérents et comportement déséquilibré

Âgé de 30 ans, et originaire du Rwanda, le conducteur a résidé en Belgique jusqu’en 2009. Il s’est ensuite installé en Allemagne. Selon le porte-parole du ministère public, il n’est pas connu des services de police. Le parquet de Bruxelles a signalé ses propos incohérents et son comportement déséquilibré.


Depuis les attentats du 13 novembre 2015, Molenbeek fait l'objet d'une attention particulière. Plusieurs auteurs des attaques étaient originaires de la commune. La présence policière et les mesures de sécurité y ont encore été renforcées après les attentats de Bruxelles, commis en mars 2016.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter