VIDEO - Miami célèbre la mort de Fidel Castro

RÉACTION - À Miami, où vivent aujourd'hui des milliers d'exilés cubains, l'annonce de la mort de Fidel Castro a été accueillie avec joie. Dans le quartier de Little Habana, jeunes et moins jeunes sont descendus dans la rue.

Le "Lider Maximo" n’est plus depuis vendredi 25 novembre. Son frère Raul Castro l’a annoncé officiellement à la télévision. Si cette disparition sonne comme la fin d’une ère pour des milliers de Cubains, elle représente aussi un grand soulagement pour tous ceux qui ont été forcés à l’exil.


C’est le cas notamment de tous les Cubains vivant aujourd’hui dans le quartier de "Little Havana", à l’est du centre-ville de Miami, en Floride. Au début des années 1960, la ville a connu l’arrivée massive de citoyens cubains fuyant le régime castriste. Aujourd’hui, près de 90.000 personnes vivent dans ce quartier à majorité cubaine.

"Le vieil homme est mort"

Aux cris de "Cuba libre"  ou "el viejo murió" ("le vieil homme est mort"), ces Cubains, jeunes ou moins jeunes, ont exprimé toute leur joie en descendant dans la rue. Spontanément, parfois presque en pyjamas, bouteilles de champagne à la main, faisant des selfies et chantant au gré de concerts de tambours et de casseroles, ils sont des centaines à être descendus dans les rues. Un "grand moment pour la communauté cubaine".


"C'est triste de se réjouir de la mort de quelqu'un, mais en fait cette personne n'aurait jamais dû naître", déclare Pablo Arencibia, un enseignant de 67 ans exilé depuis 20 ans. "Maintenant au tour de Raul", "Vive Cuba", clamaient aussi les manifestants.  "C'était un criminel, un assassin et un homme misérable", estime Hugo Ribas, 78 ans. "Toute sa famille est criminelle", ajoute-t-il.

Une page se tourne

Pour beaucoup d’entre-eux, une page se tourne, même si Fidel Castro ne tenait plus les rênes du pouvoir à Cuba. Le "Lider maximo" avait en effet abandonné en avril 2011 ses dernières responsabilités officielles, en cédant son poste de premier secrétaire du Parti communiste de Cuba (PCC) à Raul, son frère et numéro deux du parti depuis sa fondation en 1965. Sa disparition des écrans cubains entre février 2014 et avril 2015 avait en outre alimenté de nombreuses rumeurs sur son état de santé.


Sa mort, qui survient à peine deux ans après l'annonce historique du rapprochement entre Cuba et les États-Unis, vient définitivement tourner la page de la Guerre Froide, qui a mené le monde au bord du conflit nucléaire lors de la crise des missiles d'octobre 1962.

Lire aussi

Lire aussi

En vidéo

Fidel Castro, l'homme qui a défié les États-Unis pendant un demi-siècle

En vidéo

Mort de Fidel Castro : les Cubains oscillent entre sidération et jubilation

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La mort de Fidel Castro

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter