Mort de George Floyd : des obsèques d'ampleur inédite aux accents (très) politiques

Mort de George Floyd : des obsèques d'ampleur inédite aux accents (très) politiques
International

HOMMAGE - Les obsèques de George Floyd, cet homme noir de 46 ans tué par un policier blanc lors de son interpellation à Minneapolis le 25 mai dernier, se sont déroulées ce mardi à Houston, au Texas mardi 9 juin.

Larmes, cris de ralliement et chants ont escorté son cercueil, tiré en calèche par des chevaux bancs. Les obsèques de George Floyd avaient lieu ce mardi au Texas, à Houston, sa ville natale. Des centaines de personnes étaient réunies devant l’église Fountain of Praise, où avait lieu la cérémonie, pour rendre hommage à cet homme noir tué par un policier blanc le 25 mai dernier. 

La mort de cet Afro-américain à 46 ans déclenché aux Etats-Unis et partout dans le monde des manifestations, parfois violentes, faisant de George Floyd un symbole de la lutte contre le racisme et les violences policières.

"Say his name"

Escorté par des New Black Panthers, mouvement emblématique des Black Lives Matters, qui lutte contre le racisme, le cercueil du défunt a quitté l'église sous les cris de ralliement, devenus les slogans des manifestations qui secouent le pays depuis le 25 mai dernier.  Sur place,  notre journaliste a décrit un moment d'émotion.

La foule a scandé "Say his name", "dites son nom", et "We will breathe", "nous respirerons", en référence aux derniers mots de George Floyd, mort étranglé sous le genou d'un policier blanc lors de son interpellation. Son calvaire, filmé et relayé largement sur les réseaux sociaux, a provoqué une onde de choc dans tout le pays. 

Tribune politique

La cérémonie, qui a duré plus de trois heures, a réuni les proches de George Floyd, ainsi que 500 invités, dont les familles d'autres victimes noires américaines de violences policières, des personnalités politiques et des piliers de la lutte pour les droits civiques, comme le révérend Al Sharpton, qui a prononcé l'éloge funèbre retransmis en direct dans des millions de foyers. Ce dernier a accusé Donald Trump de "malfaisance", lui reprochant d'encourager les policiers à se croire au dessus des lois.

"Vous êtes obligés de faire votre deuil en public, c'est difficile", a dit à la famille du défunt le candidat démocrate à la présidentielle, Joe Biden, dans une vidéo au ton très personnel diffusée pendant la cérémonie. Selon lui, "l'heure de la justice raciale est venue".  "Nous ne pouvons plus nous détourner du racisme qui blesse notre âme", a ajouté l'ancien vice-président de Barack Obama, qui jouit d'une grande popularité parmi les électeurs noirs.

Lire aussi

Plusieurs élus démocrates se sont succédé à la tribune, mais c'est la jeune nièce de George Floyd qui s'est aventurée la première sur un terrain clairement politique. "Certains disent qu'il veut rendre leur grandeur à l'Amérique", a lancé Brooke Williams, en référence au slogan de campagne de Donald Trump. "Mais, quand est-ce que l'Amérique a été grande ?"

"La première chose que nous devons faire est nettoyer la Maison Blanche", a ajouté peu après le révérend Bill Lawson, en appelant, sous les applaudissements de l'église, les Américains à "voter". Le 3 novembre 2020 aura lieu l'élection présidentielle aux Etats-Unis, où Donald Trump est candidat à sa propre succession face à Joe Biden. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent