VIDÉO - Naufrage d'un bateau de tourisme sur le Danube : des recherches "extrêmement dangereuses" selon les autorités

International
DRAME A BUDAPEST - Le naufrage d'un bateau de tourisme transportant des vacanciers sud-coréens à Budapest, en Hongrie, a fait au moins 7 morts et 21 disparus, dans la nuit du 29 au 30 mai. La police hongroise a annoncé l'ouverture d'une enquête criminelle et diffusé des images de la collision d'un bateau de tourisme avec un autre navire de croisière. Ce vendredi 31 mai, les recherches se poursuivent mais sont "extrêmement dangereuses".

Les recherches pourraient durer plusieurs jours et les secours ne sont guère aidés. La "Sirène", une embarcation de 26 mètres de long qui naviguait avec 35 personnes à bord, a chaviré et coulé en quelques secondes dans la nuit du 29 au 30 mai, au coeur de la capitale hongroise après une collision avec un navire de croisière de 135 mètres, le "Sigyn".


L'accident s'est produit vers 22h locales, entre le pont des Chaînes, le plus célèbre de la capitale, et le pont Marguerite qui relient la vieille ville de Buda et le district de Pest. Il s'agit d'un secteur prisé pour les excursions fluviales dont l'attraction principale est le monumental Parlement de Hongrie. 


Selon le ministère coréen des Affaires étrangères, 33 ressortissants du pays étaient à bord. Si sept personnes ont pu être sauvées, 21 sont toujours disparues. Les autorités de Corée du Sud et de Hongrie ont annoncé le décès de sept passagers du bateau qui circulait sur le Danube, fleuve qui traverse la capitale hongroise, une ville particulièrement prisée par les touristes du monde entier.  


L'épave du bateau a été localisée après plusieurs heures de recherches, près du pont  Marguerite, selon la télévision publique hongroiseM1. Le ministre des affaires étrangères hongrois M. Szijjarto a prévenu que le renflouage de l'épave relèverait d'une "longue mission". Ce vendredi 30 mai, les secouristes hongrois sont toujours à l'oeuvre pour tenter de retrouver des personnes disparues.

Une enquête criminelle ouverte, le commandant du bateau de croisière arrêté

Lors d'une conférence de presse jeudi matin, la police hongroise a montré  des images de vidéosurveillance montrant la "Sirène", avec des ressortissants Sud-Coréens à son bord, entrer en collision avec le vaste bateau de croisière Sigyn, de la compagnie norvégienne Viking. "L'enregistrement montre qu'avant la collision, la Sirène s'est tournée  vers le bateau de croisière Sigyn de Viking, pour une raison inconnue. Le  Viking a alors retourné le petit navire, qui a coulé en sept secondes", a  déclaré le colonel de police Adrian Pal. L'embarcation transportait aussi deux membres d'équipage hongrois. 


Une enquête criminelle a été ouverte. Jeudi soir, le commandant du bateau de croisière a été arrêté par la police hongroise. "Le commandant ukrainien du bateau de croisière a été interrogé en tant que suspect par les enquêteurs", a précisé la police dans un communiqué. "Après son interrogatoire, Iouri C., 64 ans, un habitant Odessa, a été placé en détention", indique l'AFP. 

D'importants moyens déployés dans des opérations de recherche "extrêmement dangereuses"

En raison de chutes de pluie abondantes mercredi 29 mai et depuis le début du mois de mai, un fort courant agite le Danube, et complique grandement la tâche des secours. Il rend les opérations de plongée "extrêmement dangereuses", a souligné le ministre des affaires étrangères hongrois.  "La visibilité (sous l'eau) est nulle et l'eau continue à monter", a-t-il ajouté, rappelant que la veille les plongeurs n'avaient pas réussi à atteindre l'épave, qui repose par six mètres de fond sous le pont Marguerite. Les secouristes estiment probable que la majorité, voire tous les corps manquants se trouvent à l'intérieur de l'épave, la quasi totalité des passagers s'étant trouvés à l'intérieur du bateau lors du naufrage, survenu par temps de pluie.


Quinze navires sont mobilisés pour rechercher les disparus. Selon un haut  gradé des pompiers, Gabor Szolt Patakai, les recherches s'étendent vers le sud  de Budapest sur toute la longueur du Danube, jusqu'à la frontière avec la  Serbie dont les autorités ont été contactées. Les recherches, concentrées toutefois à Budapest, se sont poursuivies toute  la nuit. 

Les éléments jouent contre nousPeter Szijjarto, ministre des affaires étrangères hongrois

Le président sud-coréen Moon Jae-in a demandé que "toutes les ressources disponibles soient déployées" pour venir en aide à ses compatriotes. "Nous n'abandonnons pas l'espoir de retrouver des survivants", a assuré la ministre sud-coréenne des Affaires étrangères Kang Kyung-wha, lors d'une conférence de presse vendredi, alors que des familles de victimes devaient arriver en début d'après-midi.  


Ildiko Horvath, secrétaire d'Etat hongroise à la Santé, s'est rendue sur les lieux et a exprimé ses "condoléances" aux familles des victimes. Du personnel de l'ambassade de Corée était également présent afin d'assister les  secours dans leur travail. Des plongeurs de l'armée se sont joints à la police pour les recherches dans le fleuve gonflé par les pluies après des semaines de précipitations. Une vingtaine de plongeurs sud-coréens sont arrivés sur les lieux du drame ce vendredi matin pour épauler leurs collègues hongrois mais ils n'ont pu commencer les recherches, selon  l'AFP. 


L'Autriche et la Serbie ont également annoncé porter assistance à la Hongrie. "Les éléments jouent contre nous", a déploré le ministre des affaires étrangères hongrois. Avec jusqu'à 4.500 m3 par seconde (4,5 millions de litres), le Danube présente un débit deux fois supérieur à la normale et aucune accalmie n'est attendue à court terme, selon le service hydrographique hongrois.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter