VIDEO - New York : le slogan "Black Lives Matter" peint en lettres géantes devant la Trump Tower

Description du sujet digitial

STREET ART - Le slogan "Black Lives Matter" est apparu en lettres géantes devant la tour Trump, sur la 5e Avenue de New York. Une façon d'interpeller le président, accusé de mépriser le mouvement anti-raciste.

Face à la tour grise qui s'élève dans les airs, des lettres jaunes qui s'étalent sur le bitume. Le message est plus qu'explicite pour quiconque regarde par les fenêtres de la Trump Tower, à New York, sous lesquelles on peut désormais lire le slogan "Black lives matter". Ce  jeudi 9 juillet, travailleurs de la ville, bénévoles en tout genre et même le maire Bill de Blasio, se sont munis d'un rouleau de peinture pour écrire cette phrase tristement célèbre sur la 5ème avenue. 

Toute l'info sur

Mort de George Floyd : l'indignation mondiale

Un "symbole important"

Les lettres sont écrites afin qu'elles puissent être lues à l'endroit depuis les fenêtres de la tour du président américain. Une façon de donner de la visibilité à ce combat auprès de Donald Trump, de l'obliger à le regarder, lui qui est accusé de minimiser le mouvement anti-raciste. Voir parfois de le décrédibiliser. La semaine dernière, Donald Trump avait commenté le projet de cette fresque en estimant sur Twitter qu'elle serait "un symbole de haine", et que l'oeuvre reviendrait à "dénigrer cette luxueuse avenue".  Pour rappel, c'est au sommet de ce gratte-ciel de 58 étages que l'ex-magnat de l'immobilier habitait jusqu'à son départ pour la Maison Blanche.

C'est la raison pour laquelle parmi les témoins de la cérémonie, beaucoup ont salué "un symbole important".  L'idée vient du maire démocrate, qui a annoncé le 1er juillet dernier que tout serait fait afin de réaliser un tel ouvrage.  La ville de New York avait donc fermé dès ce matin cette artère célébrissime du centre de Manhattan. L'objectif? Que l'élu républicain entende "trois mots pour lesquels il n'a jamais montré aucun respect". 

Une opération qui fait écho à celle réalisée à Washington, début juin. Avec l'accord de la maire, une peinture s'était étalée le long d'une rue menant à la Maison Blanche. Soit le nouveau lieu de vie du milliardaire. 

A la fin du marquage, sous les regards des nombreuses caméras, le maire Bill de Blasio est venu ajouter sa touche de jaune à la lettre "L", accompagné d'autres responsables comme le révérend Al Sharpton, figure de la lutte pour la justice raciale. Avant d'attraper son rouleau, l'élu de gauche a voulu rappeler brièvement son intention: "Montrons à Donald Trump ce qu'il ne comprend pas. Peignons-le juste devant son immeuble pour lui." Une opération symbolique et quelque peu médiatique qui ne suffira pas à calmer les colères. Parmi les personnes interrogées sur place par la presse locale, toutes s'accordent à dire que ce n'est que le début.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : près de 35.000 nouveaux cas en 24 heures, plus de 9000 patients hospitalisés

EN DIRECT - Migrants : "Des méthodes pas sérieuses", lance Emmanuel Macron à Boris Johnson... qui assume sa lettre

VIDÉO - "Vous ne pourrez pas revenir" : le désarroi des voyageurs pris de court par l'arrêt des liaisons Maroc-France

Pass sanitaire : la validité des tests PCR réduite à 24 heures

Port du masque : voici les lieux où vous allez devoir le remettre

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.