Nigeria : plus de 300 jeunes victimes de viols et de tortures sauvés d'une "maison de l'horreur"

International

FAIT-DIVERS - La police nigériane a découvert jeudi soir lors d'un raid l'existence d'une école coranique à Kaduna, dans le nord du pays, infligeant des traitements inhumains à ses élèves. En tout, les forces de l'ordre ont secouru près de 300 jeunes, dont de nombreux mineurs, victimes de viols et tortures. Les responsables de l'établissement ont été arrêtés.

Lors d'une descente de police menée jeudi soir dans le quartier de Rigasa, à Kaduna, une ville du nord du Nigeria, les autorités ont découvert et secouru près de 300 jeunes, dont de nombreux mineurs, victimes de viols et de tortures au sein d'une école coranique. L'alerte a été donnée par le voisinage, qui se doutait que quelque chose d'anormal se passait dans l'établissement. 

Le porte-parole de la police locale, Yakubu Sabo, a indiqué que cette "maison de l'horreur" faisait vivre ces élèves et étudiants dans "des conditions inhumaines et dégradantes sous couvert de leur apprendre le Coran et de les redresser". "Nous avons trouvé une centaine d'étudiants, dont des enfants de neuf ans à peine, enchaînés dans une petite pièce, dans le but de les corriger et de les responsabiliser", a précisé Yakubu Sabo.

Lire aussi

Les victimes ont été maltraitées. Certaines d'entre elles ont déclaré avoir été violées par leurs professeurs.- Le porte-parole de la police locale, Yakubu Sabo.

"Les victimes ont été maltraitées. Certaines d'entre elles ont déclaré avoir été violées par leurs professeurs. (...) Les victimes étaient de nationalités différentes et deux d'entre elles ont déclaré lors de leur interrogatoire qu'elles avaient été amenées par leurs parents du Burkina Faso" a-t-il ajouté, avant d'indiquer que le propriétaire de l'établissement et ses six assistants avaient été arrêtés. 

Les jeunes victimes ont quant à elles été prises en charge dans de minibus pour être conduits dans un stade municipal avec leurs affaires  personnelles puis dans un camp près de l'aéroport. Leurs identités sont encore en cours de vérification. Au sein de l'établissement, la police a également trouvé une "chambre de torture", où des élèves étaient suspendus à des chaînes et battus lorsque les enseignants estimaient qu'ils avaient commis une faute.

Lire aussi

Les parents "choqués et horrifiés"

Ouverte il y a une dizaine d'années, l'école coranique accueillait des étudiants pour leur apprendre le Coran et remettre "dans le droit chemin" ceux présentés comme des délinquants. Les parents de certaines victimes originaires de Kaduna, convoqués par les forces de l'ordre peu après la découverte, se sont dits "choqués et horrifiés" par l'état dans lequel se trouvaient leurs enfants, n'ayant aucune idée de leur traitement. 

"Ils n'étaient pas autorisés à entrer dans la maison pour voir ce qui se passait, les enfants étaient amenés à l'extérieur pour les rencontrer un bref instant", a indiqué Yakubu Sabo. Sur la chaîne de télévision privée nigériane Channels, l'un des responsables présumés de l'école, a martelé que son école avait uniquement vocation à enseigner le Coran, précisant que les jeunes enchaînés n'étaient que les "têtus qui avaient tenté de s'enfuir".

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter