VIDEO - Nouvelle-Zélande : non-musulmanes, elles portent un foulard par solidarité avec les victimes de Christchurch

International
HOMMAGE - De nombreuses Néo-Zélandaises non musulmanes ont décidé vendredi de porter un foulard islamique en signe de solidarité avec les victimes de la tuerie commise il y a une semaine dans deux mosquées de la ville de Christchurch.

Une semaine après la tuerie commise dans deux mosquées à Christchurch, l'heure est au recueillement en Nouvelle-Zélande. Pour preuve l'initiative de nombreuses femmes : non musulmanes, elles ont décidé de porter un voile islamique. Un signe de solidarité avec les nombreuses victimes.


Cinquante personnes ont été tuées et des dizaines d'autres blessées la semaine dernière par l'extrémiste australien Brenton Tarrant, un suprématiste blanc qui a justifié son geste dans un long manifeste truffé de commentaires islamophobes et complotistes. 


Comme l'avait fait la Première ministre kiwi Jacinda Ardern, de nombreuses femmes à travers le pays ont choisi de porter un foulard pour dire leur rejet de toute forme de haine et exprimer leur solidarité avec la communauté musulmane. Certaines publiaient des photos d'elles ainsi voilées sur les réseaux sociaux, sous le hashtag #HeadScarfforHarmony ("Foulard pour l'harmonie"). Des foulards étaient également portés en signe de respect par des policières et des volontaires dirigeant les milliers de personnes venues se recueillir en face de la mosquée al-Nour vendredi.

"Aucune forme de harcèlement ou de sectarisme fondée sur un symbole religieux ne peut être admise"

Kate Mills Workman, une étudiante de 19 ans de Wellington, a de son côté posté sur Twitter un selfie de son visage couvert d'un foulard vert. "Si je le pouvais, je me rendrais à la mosquée et je me mettrais à l'extérieur pour montrer mon soutien aux musulmans, mais j'ai des cours et je ne peux pas les manquer", a-t-elle expliqué. Et d'ajouter : "Bien évidemment, tout cela a été déclenché par la terrible tragédie de Christchurch, mais c'est aussi une façon de montrer qu'aucune forme de harcèlement ou de sectarisme fondée sur un symbole religieux ne peut être admise", a-t-elle ajouté.

Autre forme d'hommage : l'appel à la prière, diffusé vendredi dans toute la Nouvelle-Zélande. Cette prière a été relayée par les télévisions, les radios et sur de nombreux sites internet. Le pays a ensuite observé deux minutes de silence, notamment lors de rassemblements organisés notamment  à Auckland, la capitale économique, et Wellington, la capitale administrative.


La Nouvelle-Zélande a réagi en interdisant jeudi les armes semi-automatiques et fusils d'assaut, ce qui a relancé les appels au contrôle des armes à feu aux Etats-Unis.  Des centaines de Néo-Zélandais ont déjà entamé les démarches pour rendre leurs armes, a annoncé vendredi la police, qui a également déploré qu'un grand nombre de citoyens ait fait de fausses déclarations de restitution d'armes sur son site internet pour manifester leur mécontentement face à cette interdiction.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Attentat islamophobe en Nouvelle-Zélande

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter