Opération Barkhane : ce qu'il faut savoir sur la présence militaire française au Sahel

Opération Barkhane : ce qu'il faut savoir sur la présence militaire française au Sahel

TERRORISME - C'est une guerre lointaine menée par des militaires français depuis huit ans au Sahel. Ils combattent les djihadistes d'Al-Qaïda et de le groupe État islamique. Cette guerre peut-elle être gagnée ?

Le président français Emmanuel Macron a insisté mardi 16 février, en s'adressant au sommet du G5 Sahel de N'Djamena, sur la nécessité de renforcer à la fois la lutte contre les groupes jihadistes et le retour de l'État dans les pays de la région. Intervenant en visioconférence depuis Paris, Le chef de l'État a promis "une action renforcée" pour tenter de "décapiter" les organisations affiliées à Al-Qaïda : le GSIM (Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans) et la katiba Macima.

Toute l'info sur

Le 20h

L'avenir de l'opération Barkhane se joue peut-être en ce moment entre Emmanuel Macron et cinq chefs d'État de la région. C'est l'une des opérations les plus longues et coûteuses de l'armée française. Près d'un milliard d'euros dépensés chaque année dans ce conflit au cœur du Sahel. Les moyens sont considérables, 5 100 femmes et hommes déployés essentiellement au Mali, au Niger et au Tchad, avec le soutien d'avions et hélicoptères anglais, espagnols et allemands notamment. Après huit ans de guerre, quel est aujourd'hui l'état de la menace ? C'est un équilibre précaire. 

57 militaires français morts au combat, plus de 1.200 terroristes neutralisés

Si l'EIGS, la branche locale de Daech, est considérablement affaiblie, en revanche, son rival RVIM affilié à Al-Qaïda est aujourd'hui la principale menace. De l'avis de tous les experts militaires, il est encore trop tôt pour partir. "Si on part du Mali, on réduira la pression qu'on exerce sur les forces ennemies. Celles-ci se renforceront face à des armées locales qui restent encore très fragiles et les conséquences peuvent être dramatiques", évoque Michel Goya, historien militaire spécialiste des conflits et ancien colonel des troupes de marine.

Lire aussi

Quel bilan depuis le début de l'opération Barkhane ? 57 militaires français sont morts au combat. Combien dans le camp adverse ? Plus de 1.200 terroristes neutralisés, rien que l'an dernier d'après un rapport parlementaire avec des succès militaires indéniables. C'est ce qu'a rappelé le général François Lecointre, le plus haut gradé de l'armée française, en visite au Mali en décembre. 

Des forces locales renforcées mais encore loin d'être autonomes. C'est le but de la nouvelle opération Takuba, introduire des forces spéciales européennes dans leur rang pour les entraîner et les emmener au combat.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Vaccination : les dates à connaître en fonction de votre tranche d’âge

EN DIRECT - Covid : seul le Pas-de-Calais confiné le week-end, pas l'Ile-de-France ni Paris

Le déconfinement, quand et comment ? Une réunion interministérielle à l'Élysée ce mercredi après-midi

CARTE - Covid-19 : où en est l'épidémie dans votre département ?

REPLAY – Revoyez l’interview de Nicolas Sarkozy au JT du 20h de TF1

Lire et commenter