Opération Barkhane : deux soldats français tués au Mali

Opération Barkhane : deux soldats français tués au Mali

Ils ont perdu la vie quasiment au même endroit et dans les mêmes circonstances que leurs frères d'arme. Deux soldats français de la force Barkhane sont morts au Mali. Ils effectuaient une mission de renseignement quand leur véhicule a sauté sur une mine.

Ils étaient trois militaires à bord d'un véhicule blindé léger, en pleine mission de reconnaissance, lorsqu'ils sont touchés par une mine artisanale. L'un d'eux est blessé, les deux autres ont perdu la vie. Le brigadier Loïc Risser avait 24 ans, il était célibataire et sans enfant. Le sergent Yvonne Huynh, 33 ans, était pacsée et mère d'un jeune garçon. Engagée depuis une quinzaine d'années, c'est aussi la première femme morte pour la France depuis le début de l'opération Barkhane.

Toute l'info sur

Le WE

Depuis 2013, ce type d'attaque n'est pourtant pas nouveau. Un classique pour les djihadistes. L'attaque a eu lieu au nord-est du Mali, près de la base de Ménaka. Dans cette zone aussi pauvre, sans aucun service public ou presque, l'ennemi peut être partout, soutenu par la population, souvent par opportunisme. Chaque campement peut dissimuler des armes notamment. Depuis 2013, 50 soldats français ont perdu la vie dont trois autres en début de semaine pour contrer le terrorisme dans cette zone grande comme l'Europe.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Covid-19 : Véran confirme "des mesures supplémentaires" si le virus continue sa progression

Cluster en Haute-Savoie : que faisait le groupe d'étudiants britanniques dans cette station de ski ?

En cas de reconfinement, Blanquer aspire à garder les écoles ouvertes

EN DIRECT - Covid : 11 cas du variant britannique dans un Ehpad, un mort

Covid-19 : l'Espagne n'a plus les moyens de reconfiner

Lire et commenter