Pakistan : Azra, 16 ans, violée sur décision du conseil de son village pour régler une affaire de viol

Pakistan : Azra, 16 ans, violée sur décision du conseil de son village pour régler une affaire de viol
International

JUSTICE SAUVAGE - Pour punir un homme accusé de viol, un conseil de village tribal de la province du Pendjab a ordonné le viol de sa propre sœur, une adolescente de 16 ans. La cour suprême du Pakistan a ouvert une enquête et la police a déjà procédé à plusieurs arrestations parmi les commanditaires du crime.

C’est une histoire sordide de crime d’honneur, de vengeance sauvage et de justice tribale. Azra, une jeune Pakistanaise de 16 ans, a été victime d’un jugement rendu par des gens de son village, près de Multan, dans la province du Pendjab.

Cette "jirga", sorte de conseil de village traditionnel qui rend justice lui-même, a décidé de punir la jeune femme en commanditant un viol sur sa personne. C'est en fait le frère d’Azra que l’assemblée visait. Le jeune homme, en fuite, est en effet accusé d’avoir violé une autre adolescente du village. C’est le frère de cette première adolescente qui a demandé justice auprès du conseil. 

Lire aussi

Que pouvions-nous faire, dans notre village les disputes se règlent comme ça- Muhammad Bilal, membre de la famille de l'adolescente.

D'après l'AFP, la police pakistanaise a arrêté plus d'une vingtaine de personnes soupçonnées d'être impliquées dans cette décision, dont le violeur lui-même. La cour suprême du Pakistan a ouvert une enquête.

Ces "jirgas" sont illégales mais continuent de sévir au Pakistan, dans les régions rurales où les autorités ont parfois du mal à s’imposer.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

CARTE - Quels sont les 54 départements soumis au couvre-feu ?

EN DIRECT - Covid-19 : la France franchit le cap du million de cas depuis le début de l'épidémie

Comment Bertrand-Kamal a quitté "Koh-Lanta : les 4 Terres" à la surprise générale

Coronavirus : "On ne parle pas d’une vague mais d’une marée haute qui risque de durer des mois"

"Des femmes qui n'aiment pas les hommes" : les propos de Maïwenn sur les féministes ne passent pas

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent