Pass sanitaire : comment s'y prennent nos voisins européens ?

Pass sanitaire : comment s'y prennent nos voisins européens ?

TOUR D'HORIZON - La France n’est pas la seule à imposer le contrôle du pass sanitaire à l’entrée de nombreux établissements accueillant du public. D’autres pays européens s’essayent aussi au dispositif, pour tenter d’endiguer une nouvelle reprise de l’épidémie.

Le Conseil constitutionnel l’a validé en grande partie : le pass sanitaire est exigé depuis ce lundi 9 août à l’entrée des bars, restaurants, établissements de santé et certains centres commerciaux, mais aussi dans les transports longue distance en France. Mais l’Hexagone est finalement l’un des derniers pays à rejoindre le mouvement du contrôle de ce passeport. 

Toute l'info sur

Le WE

Dans l’Union Européenne, un certificat numérique entré en vigueur le 1er juillet dernier était déjà nécessaire pour traverser les frontières au sein de l’espace Schengen. À l’intérieur de chaque pays en revanche, le dispositif mis en place évolue. 

Dernière en date, l’Italie impose son "green pass" dès le 6 août

Le sujet en en-tête présente les principales mesures adoptées, avec pour commencer le dernier pays en date à passer le pas du contrôle du pass sanitaire, l’Italie. Premier contrôle à Rome, à l’entrée du Colisée, ce vendredi 6 août : sans ce "green pass", impossible d’accéder aux lieux fermés comme les musées, cinémas, restaurants en intérieur ou encore salles de sport. Mais chez nos voisins transalpins, ce pass vert est délivré dès la première dose de vaccin, moins contraignant donc pour l’instant que la version française, qui nécessite un schéma vaccinal complet. 

La mesure sera étendue à la rentrée : présenter un QR code numérique ou papier sera obligatoire dès le 1er septembre pour tous les enseignants et étudiants universitaires, ainsi que les passagers de vols intérieurs, ferries et trains longue distance. De quoi mobiliser ses nombreux détracteurs. 

Danemark et Hongrie, les précurseurs

Les Danois, de leur côté, ont peu protesté. Concernés dès 15 ans, ce sont les pionniers de la mesure, habitués dès le mois d’avril aux contrôles de leur "Coronapass" pour accéder à différents établissements publics, comme les salons de coiffure ou les salles de sport. Pour obtenir le sésame, le modèle se rapproche de la version française : certificat de vaccination complète, test négatif de moins de 72 heures, ou certificat de contamination au Covid-19 dans les douze dernières semaines.

Lire aussi

L'avance prise sur ses voisins européens est telle que les autorités retirent à présent certains lieux de la liste : à compter du dimanche 1er août, plus besoin de présenter le sésame à l’entrée des musées, cinémas et théâtres, ni en s’installant dans un bar ou un restaurant à partir du 1er septembre. 

Non loin de là, en Hongrie, des certificats d’immunité sont également nécessaires depuis le printemps pour avoir accès aux établissements de santé, aux évènements sportifs et musicaux, ainsi que tous ceux qui regroupent plus de 500 personnes. Un passeport cette fois accessible dès la première dose de vaccin. 

Autriche, Luxembourg, Portugal, Irlande : pass obligatoire dans certains lieux ciblés

De nombreux pays européens leur ont emboîté le pas, avec des restrictions à géométrie variable. En Autriche, des "documents d’entrée" (certificat négatif ou test PCR négatif) à l’allure de pass sanitaire sont contrôlés dans les bars, les hôtels et restaurants, mais aussi dans les théâtres, salles de concerts et stades. Des mesures supplémentaires plus strictes peuvent s’appliquer à certaines régions en fonction de l’évolution de leur situation. Au Luxembourg, ce sont les commerces qui sont soumis à contrôle.  

Du côté de l’Irlande, le pass est exigé à l’intérieur des pubs et restaurants, tandis qu’au Portugal, seules les régions les plus touchées par l’épidémie sont concernées par des contrôles à l’entrée le week-end. Le pass est en revanche nécessaire pour séjourner à l’hôtel ou faire du sport partout dans le pays. 

Les régions ont la main en Espagne et en Allemagne

En Allemagne ou en Espagne en revanche, toutes les décisions se prennent au niveau local. De l’autre côté des Pyrénées, un "certificat Covid" existe au niveau national mais n’est pas très contraignant. C’est à l’échelle des régions que des restrictions peuvent s’appliquer : le passeport est obligatoire par exemple en Galice et dans les Baléares pour certains lieux, mais pas en Catalogne, où le gouvernement local souhaite attendre que l’intégralité de sa population ait accès aux injections.

Mais le Tribunal supérieur de justice peut toujours retoquer l’adoption du pass sanitaire décidée par les communautés, comme ce fut le cas dans les Iles Canaries. L’Espagne est par ailleurs bonne élève en matière de vaccination, très bien accueillie par la population : près de 60% de la population a déjà reçu ses deux doses.

Chez notre voisin germanique, le pass est nécessaire dans certains Länder à l’entrée de lieux comme les hôtels, les salles de sport, les cinémas ou les lieux de prostitution, en fonction des directives des autorités locales. Mais selon le quotidien populaire Bild, les contrôles pourraient se généraliser à l'échelle nationale d’ici à la rentrée prochaine : seules les personnes vaccinées pourraient être autorisées à accéder à différents lieux de la vie quotidienne, comme les restaurants, hôtels ou encore les salons de coiffure. 

Lire aussi

Royaume-Uni et Belgique : des contrôles se profilent

La mesure ne s'applique pas encore au Royaume-Uni en revanche, mais le pays va bientôt devoir s’y plier. Malgré la baisse des contaminations et la récente levée des restrictions sanitaires au 19 juillet dernier, le gouvernement souhaite contrôler un pass à l’entrée des boîtes de nuit et lieux de rassemblements sportifs dès la fin septembre, pour inciter surtout les plus jeunes à se faire vacciner. 

Pour l’heure, seuls des tests antigéniques négatifs sont demandés pour accéder à une boîte de nuit, mais les autorités veulent resserrer la vis en exigeant plutôt un certificat de vaccination. L’objectif : enrayer une reprise épidémique menaçante ces dernières semaines, malgré des chiffres de la campagne vaccinale encourageants, avec près de 58% des Britanniques totalement vaccinés (73% chez les adultes).

Exemplaire également en matière de vaccination, la Belgique espère pouvoir échapper au pass sanitaire, avec son taux de vaccination record : 61,4% de sa population a désormais un schéma vaccinal complet, et 70% a reçu au moins une dose. Mais là encore le pass gagne du terrain : mi-août, les grands évènements n’y échapperont plus. 

À l’échelle du continent, l’Union européenne a dépassé ce mardi 4 août le cap de la moitié de sa population vaccinée.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

REVIVEZ - "Danse avec les stars" : Wejdene éliminée, Bilal Hassani arrive en tête du classement

Covid-19 : l'anxiété des Français atteint un niveau proche de celui du premier confinement

"The Voice All Stars" : qui a le plus de chances de remporter la finale ?

EN DIRECT - Covid-19 : le seuil d'alerte de 50 cas pour 100.000 de nouveau franchi en France

Rémy Daillet, figure des milieux complotistes, mis en examen pour association de malfaiteurs terroristes

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.