VIDÉO – Pétrolier en feu depuis une semaine au large de la Chine : plus aucun espoir, le bateau a coulé

DirectLCI
ACCIDENT - Il n'y a plus aucun espoir de retrouver des survivants parmi l'équipage du pétrolier iranien en feu depuis une semaine au large de Shanghai. La boîte noire du navire doit désormais permettre d’éclaircir les circonstances du drame. Le bateau a coulé ce dimanche matin.

Il n'y a plus aucun espoir de retrouver vivants les 32 membres d'équipage du Sanchi, pétrolier iranien en feu depuis une semaine à 300 km de Shanghai. Le bateau a coulé ce dimanche matin. Les autorités iraniennes ont annoncé la triste nouvelle ce dimanche au lendemain d'une première intervention des secours chinois à bord. Le Sanchi transporte 136.000 tonnes d'hydrocarbures. Il est entré en collision avec navire de frêt chinois e le 6 janvier.  A bord figuraient 32 membres d’équipage – 30 Iraniens et deux Bangalais. "Les deux tiers du pétrolier ont coulé, le feu s'est propagé et entoure totalement le navire et on ne peut plus s'en approcher", a expliqué dimanche le porte parole de l'équipe de secours mise en place par l'Iran.


Samedi, la boîte noire du navire, qui doit permettre d’éclaircir les circonstances du drame, et deux corps ont été découverts, portant à trois le nombre de victimes retrouvées. Le reste des marins est toujours porté disparu et les conditions de secours sont particulièrement difficiles.

Des températures suffocantes

"Après avoir récupéré la boîte noire, les secouristes ont tenté de rejoindre les parties communes au rez-de-chaussée du bateau (...) Mais la température y atteignait les 89 degrés Celsius et ils n'ont pas pu entrer", ont précisé les autorités chinoises.


Les membres d'équipage du navire été tués "au cours de la première heure  après l'accident à cause de la puissance de l'explosion et des émanations de  gaz", assurent les secours. 

Au total, 13 bateaux participent actuellement aux opérations de secours, de récupération des hydrocarbures, et de lutte anti-incendie. Parmi eux, 10 sont chinois, un sud-coréen et deux Japonais. Une équipe de recherche iranienne est également sur place. Un temps redouté, le risque d’une marée noire est a priori écarté. 


Le tanker avait dérivé après l'accident pour entrer dans les eaux japonaises. Le pétrolier, battant pavillon panaméen, appartient à la National Iranian  Tanker Company (NITC), l'opérateur administrant la flotte de navires pétroliers  de l'Iran. Il acheminait des produits à la firme sud-coréenne Hanwha Total.

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter