VIDÉO - Philippines : 37 morts dans un casino de Manille, Daech revendique un attentat, les autorités réfutent

DirectLCI
FUSILLADE - Au moins trente-sept corps ont été découverts vendredi dans un casino de Manille attaqué dans la nuit à l'arme automatique par un homme qui a mis le feu à l'établissement avant de se suicider, selon la police qui dit exclure la piste terroriste et parle d'un braquage ayant mal tourné. Mais le flou demeure depuis que Daech a revendiqué l'attaque.

Acte terroriste ou braquage à l'issue dramatique ? Un certain flou demeurait après l'attaque d'un hôtel casino de Manille, aux Philippines, dans laquelle au moins 37 personnes ont perdu la vie selon les autorités. Ces dernières affirment qu'un homme armé, seul, a mis a mis le feu à l'établissement avant de se suicider (elles indiquaient avant cela l'avoir tué elles-mêmes). 


Quelques heures plus tôt pourtant, le centre américain de surveillance des réseaux djihadistes SITE faisait savoir que Daech avait revendiqué un attentat, commis par des "loups solitaires" lui ayant fait allégeance, dans la capitale de l'archipel. L'institution indiquait plus tard dans la nuit qu'un membre de l'organisation terroriste avait "identifié le prétendu assaillant et noté que son principal objectif était de brûler le casino de l'intérieur". Renforçant encore un peu plus la confusion, Daech a directement revendiqué l'attaque à la mi-journée via son agence de propagande Amaq.

L'exploitant de l'hôtel-casino avait pour sa part très vite indiqué sur son compte Twitter que le "Resorts World Manila [était] bouclé à la suite d'informations selon lesquelles des hommes non identifiés [avaient]tiré des coups de feu". Le président des Etats-Unis Donald Trump avait lui aussi évoqué "un attentat terroriste".

La police évoque "un déséquilibré"

"[Il y a] trente-six morts, par suffocation", a déclaré aux journalistes un responsable des forces de l'ordre, précisant qu'une cinquantaine de personnes étaient également blessées et qu'il s'agissait d'"un simple cambriolage très probablement commis par une personne déséquilibrée". Le tireur "s'est brûlé vif dans une chambre de l'hôtel", a dit quant à lui le chef de la police des Philippines, soulignant : "Nous pouvons à présent dire que ce n'est pas une action terroriste". 


Selon le chef de la police nationale, l'homme est entré dans une des salles de jeu, a tiré sur un écran de télévision géant qui se trouvait là, puis a versé de l'essence sur une table de jeu et l'a incendiée. Il a ensuite chargé un sac à dos de jetons d'une valeur de 2,3 millions de dollars, mais s'est ensuite dirigé vers la partie hôtelière du complexe en abandonnant ce sac. 

Panique chez les clients

L'événement a créé la panique parmi les clients du complexe, qui ont cru à un attentat terroriste, et plusieurs d'entre eux ont été blessés dans des bousculades. "J'étais sur le point de retourner au deuxième étage après ma pause quand j'ai vu des personnes courir", a déclaré une employée, à la radio DZMM. "Certains clients criaient 'EI'", en référence aux initiales du groupe terroriste Etat islamique. "Quand nous avons senti la fumée, nous avons décidé de nous diriger vers les sorties du parking. Avant de sortir, nous avons entendu deux coups de feu et avons vu une épaisse fumée au rez-de-chaussée."


Le président des Philippines Rodrigo Duterte a décrété la semaine dernière la loi martiale dans la région méridionale de Mindanao, pour faire face aux attaques de combattants ayant prêté allégeance à l'EI. Dans cette région, qui s'étend sur un tiers du territoire philippin, vivent 20% des plus de cent millions d'habitants de l'archipel. 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter