VIDÉO - Philippines : l’ancien dictateur Ferdinand Marcos enterré en "héros" à Manille

DirectLCI
CONTROVERSE - Vingt-sept ans après sa mort, l'ancien dictateur philippin Ferdinand Marcos a été enterré vendredi avec les honneurs militaires au cimetière des héros à Manille. Une inhumation polémique en raison des crimes imputés à l'ex-homme fort de l’archipel.

C’est un hommage qui suscite la polémique. L'ex-dictateur philippin Ferdinand Marcos (1917-1989) a été enterré vendredi avec les honneurs au "Cimetière des Héros" de Manille. Une décision de l’actuel président, l’autoritaire et outrancier Rodrigo Duterte. Une cérémonie controversée en raison des crimes imputés à l'ancien homme fort des Philippines.

Lire aussi

Preuve du côté sensible de cette inhumation, la dépouille du chef d’Etat défunt, jusqu’alors embaumée et conservée dans une crypte au domicile familial des Marcos dans le nord de l’archipel, avait été transférée dans le plus grand secret dans le but apparent d'éviter des manifestations. Le vice-président Leni Robredo a jugé qu'elle s'était déroulée comme "un cambriolage au milieu de la nuit". 


Des milliers de policiers anti-émeutes et de soldats avaient été déployés autour du cimetière, où aucun débordement n’a été signalé. Les journalistes accourus sur les lieux ont été empêchés d'y pénétrer.

Elu président en 1965, puis réélu en 1969, Marcos a décrété la loi martiale en 1972, gouvernant d'une main de fer le pays jusqu'à la révolution de 1986 qui l'a contraint à fuir aux Etats-Unis avec sa famille. L'ancien dictateur, qui est accusé d'avoir orchestré des violations des droits de l'Homme à grande échelle et d'avoir détourné 10 milliards de dollars des caisses de l'Etat, est décédé trois ans plus tard à Hawaï. Durant son "règne", plusieurs dizaines de milliers de personnes, adversaires politiques ou communistes présumés, avaient été tuées. 


"Nous sommes choqués, en colère", a fait savoir Barry Gutierrez, avocat des adversaires de la famille Marcos, soulignant que cette inhumation était illégale en raison de recours déposés par des opposants. "Ce n'est pas vraiment étonnant, ce qui se passe. De son vivant, Marcos se moquait de la loi et il continue de l'enfreindre à son propre enterrement."


En 2004, l’organisation Transparency International avait classé Ferdinand Marcos comme le deuxième dirigeant le plus corrompu de tous les temps, juste derrière l’ancien président indonésien Mohamed Soeharto (1921-2008).

Lire aussi

En vidéo

Retour sur les 100 premiers jours du "Donald Trump philippin", Rodrigo Duterte

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter