Photo dans le fauteuil de Churchill, dos tourné devant la reine... Les Anglais ne digèrent pas l'attitude de Trump

PROTOCOLE - Lors de ses deux jours de visite en Angleterre, le président américain a commis une série d'impairs qui lui ont valu de nombreuses critiques de la part des médias et des internautes britanniques.

Le premier voyage officiel de Donald Trump au Royaume-Uni, qui s'est achevé ce samedi, a été marqué par une série de polémiques qui ont valu au président américain de nombreuses critiques outre-Manche. Entre ses remarques provocatrices au gouvernement britannique, son comportement en compagnie de la reine Elizabeth II et sa photo dans le fauteuil de Winston Churchill, Donald Trump semble avoir donné aux Britanniques le bâton pour se faire battre.

À peine arrivé sur le sol anglais jeudi, Donald Trump a ouvertement critiqué la gestion du Brexit par le gouvernement britannique. Dans The Sun, le président américain a donné son avis - tranché - sur le plan de Theresa May prévoyant une nouvelle zone de libre-échange pour les biens avec l'UE : "S'ils font un tel accord, nous traiterions avec l'Union européenne au lieu de traiter avec le Royaume-Uni, cela tuera probablement l'accord", a-t-il prévenu.

Trump aurait mené le Brexit "très différemment" et pense que Boris Johnson aurait fait un "grand Premier ministre"

Ce n'est pas tout. Toujours dans le célèbre tabloïd anglais, le président américain estime qu'il aurait mené le Brexit "très différemment" et a même "dit à Theresa May comment le faire mais elle n'était pas d'accord". Enfin, il trouve que Boris Johnson, l'ex-ministre des Affaires étrangères qui a démissionné quelques jours auparavant, ferait "un grand Premier ministre". Le lendemain, Donald Trump modérait déjà largement ses propos en déclarant : "Quoi que vous fassiez, ça me va".


Deuxième acte de cette visite mouvementée : la rencontre avec la reine et la revue des troupes. Convié au château de Windsor par Elizabeth II, Donald Trump arrive avec 12 minutes de retard. Des internautes ont même vu la monarque de 92 ans regarder sa montre en attendant son homologue.

Au moment de la revue des troupes britanniques, le président Trump, qui semble d'abord hésitant, avance devant la reine, puis s'arrête, regarde derrière lui, et repart une fois qu'Elizabeth II est arrivée à son niveau. Une scène à l'allure cocasse qui a beaucoup agacé outre-Manche. Nombreux sont les commentateurs qui n'ont pas supporté de voir le président américain tourner le dos à une dame de 92 qui l'accueille, surtout quand cette dame est la reine d'Angleterre.

Cerise sur le gâteau, le Daily Mirror, un autre tabloïd britannique, a fait sa couverture ce samedi sur une photo où l'ont voit Trump assis dans le fauteuil de Winstin Churchill, qui fut Premier ministre du Royaume pendant la Seconde guerre mondiale. "Comment osez-vous..", se demande le quotidien, visiblement effaré par l'attitude "suffisante" du président américain.

Accueilli par une grande manifestation d'opposants, équipés d'un immense "Baby Trump" gonflable, le président américain n'a apparemment pas fait en sorte d'être mieux apprécié par les Britanniques à l'issue de ce voyage officiel. Pour certains observateurs des États-Unis, comme le professeur d'histoire Corentin Sellin, qui a publié une série de tweets à ce sujet, il ne faut pas voir dans ces polémiques protocolaires une preuve de l'immaturité de Donald Trump, mais au contraire, une stratégie de communication que personne n'a su contrer jusqu'ici.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La présidence Donald Trump

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter