VIDÉO - Italie : 51 collégiens pris en otage par leur chauffeur de bus sauvés d'extrême justesse d'un incendie

International
DirectLCI
IN EXTREMIS - Lors d'une sortie scolaire, 51 élèves d'un collège en périphérie de Milan en Italie, ont été séquestrés par leur chauffeur de bus. Après avoir réussi à joindre la police locale, ils ont pu être sauvés in extremis, avant que le conducteur ne mette le feu au véhicule. Il aurait déclaré faire cela "pour les morts en Méditerranée".

"Personne ne sortira d'ici vivant". Ce sont les mots glaçants qu'aurait lancé, selon les témoins, le chauffeur de bus scolaire ayant pris en otage 54 personnes, mercredi 20 mars près de Milan. Les 51 élèves de cinquième et leurs trois accompagnateurs revenaient d'une sortie sportive. Après avoir soudainement dévié le bus de l'itinéraire prévu, le chauffeur a menacé ses passagers en hurlant : "Je veux y mettre fin. Aucun d'entre vous ne sera sauvé. Je vais mettre fin aux morts en Méditerranée". 


En possession de deux bidons d'essence et d'un briquet, il envisageait déjà de faire brûler le bus et aurait selon la presse locale, avoir annoncé "vouloir faire un massacre". L'homme de 47 ans, un Italien d'origine sénégalaise, travaillait pourtant avec le collège de la ville de Crema depuis 2002, "sans qu'il n'y ai jamais eu de problèmes", selon son employeur.

Une intervention exceptionnelle des carabiniers

Malgré la panique à l'intérieur du bus, un élève a réussi à contacter ses parents et la police a été prévenue. Des barrages ont rapidement été mis en place sur la route empruntée par le bus. Finalement pris au piège par un barrage et après avoir percuté trois voitures - sans faire de blessés - le chauffeur de bus s'est arrêté et a verrouillé le bus. A partir de là, le déroulement exact des événements est encore flou. Selon la presse locale, le chauffeur aurait déversé ses deux bidons d'essence puis serait sorti avec son briquet à la main, défiant les carabiniers. Mais juste avant que les flammes n'envahissent l'habitacle, les forces de l'ordre ont brisé les vitres arrières et ont réussi à évacuer la totalité des enfants et enseignants.


Une douzaine d'enfants et deux des adultes ont été conduits à l'hôpital après avoir été légèrement intoxiqués par la fumée, mais aucun blessé grave n'est à déplorer. Le chauffeur a finalement été arrêté et hospitalisé pour des brûlures aux mains. "C'est un miracle, cela aurait pu être un carnage. Les carabiniers ont été exceptionnels pour bloquer le bus et faire sortir tous les enfants", a déclaré à la presse le procureur de Milan, Francesco Greco.

Toutes les pistes seront étudiées par les enquêteurs

Une enquête a été ouverte pour les faits de séquestration de personnes, incendie volontaire et refus d'obtempérer. Bien que "la piste terroriste ne soit pas écartée", le chauffeur n'a revendiqué aucune appartenance religieuse, selon les témoignages concordants. Concernant les motifs du chauffeur, ses motivations sont donc encore floues. Divorcé de son épouse  italienne, il a lui-même deux enfants adolescents. Le ministère de l'Intérieur Italien a néanmoins évoqué dans un communiqué des  antécédents - sans les dater - de conduite en état d'ivresse et d'agression sexuelle sur mineur.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter