VIDÉO - "Renvoyez-là !" : en campagne, Donald Trump en rajoute une couche sur les élues démocrates visées par ses tweets racistes

International
PROVOCATION - Jeudi, lors d'un meeting à Greenvile, en Caroline du Nord, le président américain Donald Trump a de nouveau attaqué les quatre élues démocrates qu'il avait visé à travers ses tweets racistes. Il a notamment été particulièrement virulent envers Ilhan Omar, la foule scandant "Renvoyez-là (chez elle, ndlr)!" à l'évocation de son nom.

Donald Trump continue sur sa lancée. De nouveau en campagne, pour un deuxième mandat de président, le chef d'Etat américain a poursuivi jeudi ses attaques contre les démocrates qui "détestent" l'Amérique. Le tout au lendemain de la dénonciation par le Congrès de ses tweets racistes. "Ces idéologues de gauche (...) veulent détruire notre Constitution, supprimer les valeurs sur lesquelles notre magnifique pays a été bâti", a-t-il lancé lors d'un meeting à Greenville, en Caroline du Nord. "Ce soir, nous renouvelons notre détermination à ne pas voir l'Amérique devenir un pays socialiste", a-t-il ajouté.


Devant une marée de casquettes rouges "Make America Great Again", il a cité les quatre élues démocrates issues de minorités auxquelles il avait conseillé dans un tweet de "retourner" chacune dans leur pays d'origine, les qualifiant notamment de "méchantes jeunes élues socialistes". A l'évocation du nom d'Ilhan Omar, l'une des deux premières femmes musulmanes élues au Congrès, qui avait créé la controverse avec des commentaires sur Israël jugés antisémites par de nombreux élus, la foule s'est mise à scander : "Renvoyez-la! Renvoyez-la!".

Une popularité intacte auprès des Républicains

Trump a également évoqué la jeune représentante de New York, Alexandria Ocasio-Cortez, se montrant particulièrement ironique : "Je n'ai pas le temps de prononcer trois noms, on va l'appeler Cortez..." Malgré ses tweets controversés, Donald Trump ne semble pas avoir perdu de son influence auprès des électeurs républicains, 72% étant d'accord avec la politique du président américain, selon un sondage Reuters/Ipsos réalisé lundi et mardi.


De plus, selon une enquête du centre de recherche Pew publiée mercredi, 57% des Républicains estiment que les Américains "risquent de perdre leur identité en tant que nation" si le pays est "trop ouvert" aux immigrants. Donald Trump est également revenu sur sa victoire en 2016, "une des soirées les plus  extraordinaires de l'histoire de la télévision", martelant "Nous devons la refaire", face à une foule entonnant "Quatre ans  de plus".

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter