VIDÉO - "Toutes les femmes se couvrent le corps" : ruée sur les abayas et les burqas à Kaboul

VIDÉO - "Toutes les femmes se couvrent le corps" : ruée sur les abayas et les burqas à Kaboul

REPORTAGE EXCLUSIF - En Afghanistan, chaque jour qui passe permet de mieux comprendre comment les talibans exercent leur pouvoir, notamment sur les femmes, de plus en plus nombreuses à se couvrir des vêtements imposés par les islamistes. Une équipe de TF1 présente sur place nous raconte.

Depuis leur arrivée dans la capitale, il y a dix jours, les talibans sont partout et surveillent la population. Avec le retour de la charia, les femmes ont dû troquer les jupes pour la burqa. Ce n'est d'ailleurs pas un hasard si le commerce de voiles intégrales est celui qui fonctionne le mieux actuellement à Kaboul. "Toutes les femmes veulent s'acheter des abayas pour se couvrir le corps à cause des talibans", assure Sami, le gérant, dans le reportage de TF1 en tête de cet article.

Toute l'info sur

L'Afghanistan aux mains des talibans

Chez les hommes, les scènes sont identiques : ils sont désormais obligés de porter la tenue islamique, alors le magasin de costumes a décidé de fermer ses portes pour une durée indéterminée. 

Un peu plus loin dans la rue, le barbier, lui, a fait le choix de rester ouvert. Il voit les clients venir en nombre. "Les talibans ne nous ont pas encore demandé de ne plus nous couper la barbe, mais j'ai peur que ça change. On ne sait pas ce qu'ils nous préparent." Un client présent sur place se montre pessimiste : "Il n'y a plus de travail, plus d'argent et maintenant, on voit des familles qui n'arrivent plus à acheter de la nourriture, c'est très grave."

La jeunesse résignée

Même malaise et même inquiétude dans l'un des rares cafés encore ouverts. Avant, c'était un lieu très animé pour les jeunes, filles comme garçons, avec de la musique. "Pour l'instant, ce café est encore ouvert, on est juste venus saluer avec les copains, mais on ne traîne pas, on s'en va vite, on ne se sent pas en sécurité", confie un habitué.

Lire aussi

Les heures sont désormais comptées pour quitter Kaboul. Alors que les Américains ont affirmé vouloir retirer leurs troupes d'Afghanistan au 31 août, craignant pour leur sécurité, les pays procédant au rapatriement de leurs expatriés sont désormais engagés dans une course contre la montre.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

"Squid Game" : faut-il vraiment craindre un phénomène d'imitation dans les cours de récré ?

Covid-19 : que contient le projet de loi sur la prolongation du pass sanitaire, débattu à l'Assemblée mardi ?

SONDAGE EXCLUSIF - Présidentielle 2022 : Le Pen, Zemmour et Bertrand dans un mouchoir de poche

VIDÉO - Covid-19 : le relâchement des gestes barrière fait des ravages au Royaume-Uni

Quitté par son épouse Wanda, l'attaquant argentin Mauro Icardi ne s’entraîne plus avec le PSG

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.