Répression meurtrière : la tension monte en Birmanie

Répression meurtrière : la tension monte en Birmanie

Près de trois semaines après son coup d'Etat, la junte birmane durcit sa répression. Les militaires commencent à tirer à balles réelles sur les manifestants. Trois personnes sont mortes.

En Birmanie, Mya Thwate Thwate Khaing est la première victime de la répression militaire. Âgée de 20 ans, elle était une épicière. La jeune femme avait été blessée par balle il y a quelques jours. Ce dimanche matin, les manifestants venus en nombre en voiture ou encore en moto l'ont rendu hommage. Les militaires, eux, n'étaient pas loin. Prêts à réagir, ils surveillent, car ils tirent désormais à balles réelles sur les manifestants qui refusent leur coup d'Etat.

Toute l'info sur

Le WE

Samedi, deux personnes, dont un mineur, ont été tuées. Il y aurait déjà des dizaines de blessés. La répression militaire s'accentue. L'armée concentre tous les pouvoirs administratifs, législatifs et judiciaires. Mais de nombreux Birmans ne l'acceptent pas et ne comptent pas laisser leur pays revenir en arrière. Alors ils inventent des formes de manifestations inattendues. La junte a déjà arrêté des centaines de manifestants à savoir des étudiants, des personnalités politiques et des journalistes.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Rassemblements : les quais de Seine à nouveau évacués à Paris

Patrick J. Adams, le mari de Meghan dans "Suits", dénonce l'attitude "obscène" de Buckingham

Affaire des "écoutes" : après Nicolas Sarkozy, le Parquet national financier fait appel de la décision

Comportement, climat, géographie... pourquoi les chiffres du Covid font-ils le yoyo d'une région à une autre ?

Vaccination des soignants : comment expliquer les disparités entre professions ?

Lire et commenter