VIDÉO - Restrictions anti-Covid : les Italiens goûtent de nouveau à la dolce vita

VIDÉO - Restrictions anti-Covid : les Italiens goûtent de nouveau à la dolce vita

REPORTAGE - Un semblant de normalité pour les Italiens. À contre-courant de ses voisins européens, la péninsule a fait le choix d’assouplir les restrictions anti-Covid en vigueur dans la plupart de ses régions. Les habitants peuvent à nouveau fréquenter bars, restaurants et musées.

L'étau des restrictions sanitaires se desserre pour les Italiens. Après un confinement drastique pendant les fêtes de fin d’année, ils sont autorisés à fréquenter les bars et restaurants depuis lundi dans plusieurs régions. Mais avec encore quelques restrictions malgré tout. Les établissements ont le droit d’accueillir des clients à leurs tables jusqu'à 18 heures, en nombre limité et en respectant les règles de distanciation. "Il y a un mètre entre les tables, de manière que les gens soient suffisamment éloignés les uns des autres", explique au micro de TF1 Salvatore Missaglia, gérant du restaurant Di Rienzo Al Pantheon, à Rome.

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Les dernières infos sur l'épidémieA quel stade en est l'épidémie, département par département ?

Après 88 jours de fermeture, les musées et les monuments historiques aussi ont enfin pu rouvrir. Mais seulement en semaine afin d’éviter les concentrations de personnes. "C'est un jour qu'on attendait depuis longtemps", confie une mère de famille, venue visiter le Colisée avec son fils. Au cours des douze derniers mois, leurs portes sont restées closes presque la moitié du temps, du 9 mars au 1er juin, à l'occasion d'un confinement total de l'Italie, puis de début novembre au 1er février. Mais en l'absence de touristes étrangers, on était encore loin de la foule des grands jours ce lundi. 

Dimanche, la péninsule a enregistré 11.252 nouveaux cas, un chiffre en baisse par rapport aux 12.715 comptabilisés samedi. La grande majorité des régions italiennes sont désormais classées au niveau "jaune", c'est-à-dire à risque modéré, à l'exception du Haut-Adige (nord), de l'Ombrie (centre), des Pouilles, de la Sardaigne et de la Sicile (sud), classées en "orange" (risque moyen). 

Toutes les restrictions n'ont pas été levées pour autant. Le couvre-feu reste en vigueur sur tout le territoire national de 22 h à 5 h du matin. Impossible également de sortir de sa région et ce au moins jusqu'au 15 février. 

Lire aussi

Ce week-end, alors que cet assouplissement avait été annoncé mais n'était pas encore en vigueur, des milliers de personnes se sont déversées dans les rues et les parcs des grandes villes, conduisant le ministre de la Santé, Roberto Speranza, à lancer une mise en garde: "Le classement en zone jaune ne signifie pas que nous avons échappé au danger, il faut encore faire preuve de la plus grande prudence si nous ne voulons pas annuler les progrès accomplis ces dernières semaines", a-t-il lancé. Un pari risqué. L'Organisation mondiale de la Santé (OMS) considère qu'il est "trop tôt pour assouplir" les restrictions en raison de la circulation "encore très élevée" du virus. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : plus de 5.900 malades en réa, 385 décès en 24h

CARTE - Covid-19 : quelle est la situation épidémique dans votre département ?

Pourra-t-on se déplacer normalement cet été ?

Une personne tuée et une blessée devant un hôpital du 16e arrondissement de Paris, le tireur en fuite

EXCLUSIF - Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique, sort du silence ce soir sur TF1

Lire et commenter