VIDEO - Robert O'Neill, le soldat américain qui a éliminé Oussama Ben Laden a changé de vie

International
DirectLCI
EXCLUSIF - Le 2 mai 2011, à Abbottabad dans le nord du Pakistan, Oussama Ben Laden a été exécuté par des Navy Seals, des militaires américains d'élite. Parmi ces soldats, il y avait Robert O'Neill, celui qui a éliminé le terroriste à l'origine des attaques du 11 septembre 2001. Une équipe de TF1 et LCI l'a interviewé en exclusivité.

Ennemi numéro un des Etats-Unis depuis les attaques du 11-septembre, l’ancien chef d’al-Qaïda Oussama Ben Laden a été tué dans la nuit du 1er au 2 mai 2011, dans sa résidence d'Abbottabad, une ville pakistanaise à une cinquantaine de kilomètres au Nord d'Islamabad. Il y avait été localisé depuis le mois d'août précédant l'attaque. Une semaine avant l'intervention, Barack Obama donne son feu vert aux Navy Seal qui finissent par l'abattre. Au sein du commando figure Robet O'Neill, celui . Une équipe de TF1 et LCI a pu le rencontrer à New York pour une interview exclusive.


L'ex-membre des forces spéciales américaines a fait paraître en avril dernier un livre, The Operator, dont la version française est disponible depuis fin octobre en France. Le militaire témoigne de ses vingt années de service au sein des Navy Seals, l'unité de forces spéciales la plus secrète, et revient en détail sur le déroulement de l'opération Geronimo au cours de laquelle il a éliminé Oussama Ben Laden. "Dans l'hélicoptère, on savait qu'on pouvait se faire descendre à chaque instant. Pour ne pas y penser je comptais de 0 à 1000 puis de 1000 à 0, raconte le militaire de 41 ans. Certains gars ont réussi à s'endormir, ce qui est incroyable, alors que d’autres écoutaient de la musique à fond", se rappelle Robert O'neill. 

Des Navy Seal au plateau de Fox News

"Dans la maison, à l'étage, j'ai tourné à droite et j'ai vu Oussama Ben Laden à un mètre de moi, se souvient l'ancien membre des forces spéciales. Il était plus mince et plus grand que je ne l'imaginais. Il ne s'est pas rendu. J'avais peur qu'il ait une ceinture explosive. J'ai donc fait ce qu'il fallait. Je lui ai tiré dessus deux fois quand il était debout et une fois au sol, raconte l'ancien membre du commando Seal Team 6. "Au moins justice a été rendue pour tout ce qui s'est passé ici, à New York, le 11 septembre 2001", lance-t-il, avec fierté.


Le fait qu'il ait osé révéler son identité, à la télévision devant des millions de télespecateurs, avait ouvert un débat aux Etats-Unis il y a trois ans. Depuis ses révélations, sa femme et ses enfants auraient demandé à changer de nom et à bénéficier du programme de protection des témoins, ses voisins l’ont supplié de quitter le quartier pour ne pas les exposer aux attentats et même son ancien employeur, l’armée – qui l’a pourtant décoré à 52 reprises pendant ses 17 ans de "bons et loyaux services" –, ne cesse de le traîner dans la boue. Lui, dit pourtant ne rien regretter. 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter