VIDÉO - Rome : le sapin rabougri de la Ville éternelle devient la risée du Web

DirectLCI
NOËL - Le sapin de la Ville éternelle, avachi et rabougri, seulement quelques jours après son installation sur la Piazza Venezia, est devenu la cible de moqueries sur Twitter. À tel point que la mairie a demandé à des experts de se pencher sur le déclin prématuré de l'arbre.

La magie de Noël n'aura pas opéré pour le sapin romain. "Défraîchi", "déplumé", "brosse à toilettes"... Le sapin de Noël de Rome, flétri, pelé et avachi bien avant le 25 décembre, est devenu la risée des internautes, à tel point que la mairie a décidé d'ouvrir une enquête pour déterminer les causes de cette agonie prématurée. Prévu pour trôner pendant au moins un mois sur la Piazza Venezia, dans le centre de la capitale italienne, le sapin a rapidement montré des signes de faiblesse et sa triste ramure est devenue une cible de choix sur les réseaux sociaux. 

"Le sapin de Rome est donc sec, mort à peine arrivé. C'est la métaphore de ce qui fut une capitale", écrit l'un d'eux sur Twitter tandis qu'un autre demande : "A quelle heure ouvre la chapelle ardente ?". Sur le réseau social, le hashtag #Spelacchio s'est répandu comme une trainée de poudre. 

L'agonie du sapin, symbole de la gestion de la ville par la mairie

Nombreux sont ceux qui comparent "l'agonie du sapin" à la gestion calamiteuse du Mouvement 5 Etoiles (populiste), dont la représentante Virginia Raggi a été élue maire en juin 2016.


"Comme si le foutoir qu'ils ont mis depuis un an et demi ne suffisait pas, il faut supporter cette misère", écrit un Romain.


"Le sapin aura tenu plus ou moins aussi longtemps qu'un adjoint à la mairie", raille un autre en faisant allusion à la valse des adjoints qui a marqué le début de mandat de Virginia Raggi.

"En Russie, ils ont même baptisé notre sapin mourant 'brosse à toilettes'", ironise mardi le quotidien de la capitale Il Messaggero.

Un flot de critiques qui a poussé Virginia Raggi à ordonner un "rapport technique urgent" à ses services. L'arbre de Noël, aujourd'hui tige squelettique dressée au centre de la Piazza Venezia était parfaitement sein avant son arrivée dans la Ville éternelle et aurait dû tenir un mois en demi selon les experts, cités par le quotidien italien Il Messaggero. Selon les premiers éléments de l'enquête, il semblerait que le triste sapin "n'ait été que partiellement recouvert pendant son transport" depuis une forêt des Dolomites, dans le nord du pays, rapporte le quotidien italien. 

Une explication qui, "si elle ne privera pas la capitale d'une honte internationale, permettra peut-être de faire baisser la facture", conclut le journal. La ville pourra ainsi demander des comptes à la société chargée du transport du sapin. L'opération a tout de même coûté 48.000 euros à la ville.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter