VIDÉO - Séoul : plus d'un million de Sud-Coréens bravent la neige contre leur présidente

International
DirectLCI
COLÈRE - Plus d'un million de personnes ont bravé samedi le froid et la neige à Séoul pour réclamer de nouveau la démission de la présidente Park Geun-Hye, empêtrée dans un retentissant scandale de trafic d'influence.

Il s'agirait de la plus importante manifestation depuis le début, il y a un mois, de ces rassemblements hebdomadaires dans la capitale. Selon les organisateurs, 1,3 million de personnes ont bravé samedi le froid et la neige à Séoul pour réclamer de nouveau la démission de la présidente Park Geun-Hye, empêtrée dans un retentissant scandale de trafic d'influence.


La police, qui a bloqué les accès à la Maison Bleue, a estimé les manifestants à 260.000, le même nombre que les semaines précédentes.


A 20H, les manifestants ont éteint les bougies qu'ils brandissaient, pour les rallumer une minute plus tard, signifiant ainsi que leurs protestations ne s'arrêteraient pas tant que Mme Park n'aurait pas quitté le pouvoir.

   

Du jamais vu depuis les années 80

Les manifestations grossissent au fil des semaines et sont les plus imposantes jamais enregistrées depuis les rassemblements pro-démocratie des années 80.


Un sondage indiquait cette semaine que 9 Sud-Coréens sur 10 veulent voir leur présidente partir.


Le scandale tourne autour de la confidente de l'ombre de Mme Park, Choi Soon-Sil, accusée d'avoir usé de son amitié avec la présidente pour extorquer de l'argent aux conglomérats sud-coréens et de s'être mêlée des affaires de l'Etat sans détenir la moindre fonction officielle.

Lire aussi

Bientôt un vote parlementaire sur une destitution ?

Le mandat de Park Geun-Hye arrive à terme en février 2018. Un vote parlementaire sur une destitution de la présidente pourrait être organisé dès la semaine prochaine, un nombre croissant de représentants politiques soutenant la campagne de destitution menée par l'opposition.


Les députés de l'opposition et les indépendants disposent d'une majorité de 171 sièges sur 300 à l'Assemblée nationale. Pour être adoptée, la destitution doit obtenir les deux tiers des voix.

Lire aussi

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter