Syrie : cette image d'un photographe en larmes après l'attentat près d'Alep fait le tour du monde

International

HORREUR - Abd Alkader Habak, photographe syrien, se trouvait sur place lors de l'attentat-suicide qui a fait 126 victimes, dont 68 enfants, dans le nord de la Syrie. L'horreur du drame qu'il venait de vivre a été captée dans un cliché qui, depuis, a ému le monde entier.

Depuis le début de la guerre civile en Syrie, il y a 6 ans, les images terribles de ce conflit meurtrier sont nombreuses. Et souvent, elles rappellent l’horreur que vivent les civils. Ce week-end, c’est l’image d’un photographe syrien en pleurs qui a fait le tour du monde. On y voit Abd Alkader Habak, photographe et activiste, à genoux dans l’herbe, le regard hagard. L’homme pleure toutes les larmes de son corps après qu’un attentat-suicide a ôté la vie à 126 personnes, dont 68 enfants.

Voir aussi

126 personnes fuyant les combats assassinés

Samedi 15 avril, un kamikaze a lancé son camion contre des bus qui transportaient des milliers d’habitants en provenance de Foua et de Kafraya, deux villes évacuées après qu’elles ont été assiégées par les opposants au régime de Bachar Al-Assad. Sur place au moment de l’explosion, Abd Alkader Habak s’affaire pour aider les éventuels survivants. Un de ses collègues le photographie alors qu’il porte un enfant dans ses bras et son appareil à la main. Au vu du chaos ambiant, on voit que l’explosion a eu lieu quelques instants auparavant.

Une photo terrible devenue virale

Mais ce n’est pas cette photographie qui a le plus marqué. Primo Ahmad, un collègue d’Abd Alkader Habak, prend un autre cliché bien plus terrible. On voit l’homme pleurer de rage et de désespoir. A quelques mètres de lui, le corps d’un enfant gît au sol. En arrière-plan, une épaisse fumée noire s’élève des carcasses de voitures et de bus calcinées. Le journaliste tweete avec la photo : "Voilà le collègue Abd Alkader Habak en train de pleurer d’impuissance et de douleur les victimes de l’attaque terroriste".

Un photographe érigé en héros

L’image très choquante fait le tour des réseaux sociaux et certains médias internationaux arrivent à obtenir une interview du photographe. "Les mots ne peuvent décrire ce qui s’est passé. J’étais à côté d’un bus transportant de la nourriture aux enfants, quand soudain à quelques mètres, une explosion a retenti", confie-t-il à nos confrères de Channel 4 News.

Malgré l’horreur, il tente de filmer la scène. En s’approchant près du lieu de l’attentat, il voit un petit garçon blessé. "Je l'ai regardé et j'ai vu qu'il respirait encore. Je l'ai pris dans mes bras et je me suis mis à courir vers les ambulances. Je ne sais pas s'il s'en est sorti, mais j'ai fait ce que j'ai pu. Je sais juste qu'il a été transporté vers un hôpital", affirme-t-il.

Sur les réseaux sociaux, Abd Alkader Habak a reçu énormément de messages de soutien. "Vous êtes la Révolution. Pitié pour les innocents", a tweeté une internaute.

Autant de messages  qui ont amené Abd Alkader Habak à réagir sur les réseaux sociaux. "L’humanité dont j’ai fait preuve aujourd’hui avec mes collègues devrait inspirer ceux qui ont tué les enfants de Khan Sheikhan", a tweeté le photographe.

Lire aussi

Dans son post, le photographe fait référence à l'attaque au gaz sarin très probablement perpétrée par les forces de Bachard Al-Assad à Khan Cheikhoun dans le nord de la Syrie qui a fait plus de 100 morts. Une attaque qui a engendré le bombardement par l'armée américaine d'une base militaire des forces du dictateur Bachar Al-Assad.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter