VIDÉO - Tester en masse pour retrouver la vie normale : l'expérience de Tübingen

VIDÉO - Tester en masse pour retrouver la vie normale : l'expérience de Tübingen

VIE (PRESQUE) NORMALE - La ville allemande de Tübingen permet depuis peu aux personnes munies d'un test négatif d’obtenir un billet journalier offrant l’accès à tous les commerces.

"Mieux vaut tester que confiner" : c'est avec ce postulat que la ville de Tübingen, dans le sud de l’Allemagne, expérimente depuis une quinzaine de jours son projet Open with Security, qui permet aux personnes ayant passé un test négatif au Covid-19 d’obtenir un accès à tous les commerces, rouverts sans exception, même si les règles de distanciation et le port du masque restent obligatoires.

"Les clients ont des étoiles dans les yeux quand ils entrent, c'est enfin un peu de normalité à nouveau", explique Sandra Pauli, une commerçante "très heureuse" interrogée par l'AFP. Ce modèle de "Tagesticket" - billet journalier - délivré par la ville est, selon elle, "la seule option pour vivre avec le coronavirus et accueillir des clients"

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Les dernières infos sur l'épidémieA quel stade en est l'épidémie, département par département ?

Alors que le pays débat de mesures plus strictes pour endiguer la troisième vague de la pandémie, cette ville universitaire de 90.000 habitants des bords du Neckar détonne avec ses habitants déjeunant en terrasse, faisant leurs courses ou allant au cinéma.

Signe de l'engouement, une longue queue se forme chaque matin devant un des multiples points de tests mis en place par la municipalité. Près de 50.000 tests gratuits ont été réalisés en deux semaines.

Trop violent, le confinement ?

Le projet a été porté par la responsable régionale de la pandémie, Lisa Federle, et a été soutenu par le maire écologiste, Boris Palmer. Le Dr Federle est convaincue que le dépistage est la clé en attendant que la vaccination prenne le pas. Selon elle, un confinement sans fin n’est pas une solution et les gens ont besoin de perspectives d’assouplissements, faute de quoi les dommages psychologiques se paieront sur le long terme. 

Elle estime par ailleurs que si le nombre d’infections est remonté en flèche Allemagne, c’est à cause d'un relâchement notable de la stratégie de testing.

Le rappel à l'ordre de Merkel

L'expérience menée à Tübingen doit prendre fin le 18 avril. Des chercheurs analyseront ensuite les données pour tenter d'en savoir plus sur les mécanismes de contamination. Mais sans attendre des données scientifiques, l’initiative a fait des émules dans d’autres localités allemandes. Le Land de Sarre, à l'ouest, veut même aller plus loin et lever toutes les restrictions à l'échelle de son territoire dès le 6 avril.

Lire aussi

Des initiatives pas franchement du goût de la chancelière Angela Merkel qui, dans une émission sur l'ARD dimanche, a fermement rappelé à l'ordre les dirigeants régionaux, dont le chef de son parti conservateur CDU, Armin Laschet. "Je ne sais pas si se tester pour se balader est la bonne réponse à ce qui se passe actuellement", a-t-elle notamment déclaré. 

Sur le même sujet

Lire et commenter