VIDÉO - Tremblement de terre en Italie : deux fortes secousses font des dizaines de blessés

DirectLCI
SÉISME - Deux fortes secousses sismiques ont été ressenties ce mercredi soir dans le centre de l'Italie, près de Visso, dans les Marches et y compris à Rome. Des dizaines de personnes sont légèrement blessées.

Le cauchemar recommence pour les Italiens. La terre a tremblé deux fois mercredi soir dans le centre de l'Italie : un premier séisme de magnitude 5,5, suivi d'une autre forte secousse (de magnitude 6,1) deux heures plus tard, ont touché le centre du pays, faisant plusieurs dizaines de blessés légers. Le séisme a été ressenti jusqu'à Rome dans les bâtiments, où les lustres, les fenêtres et les portes ont vibré. 


Une première forte secousse sismique a été ressentie en début de soirée dans le centre de l'Italie. Ce séisme de magnitude 5,4 a été enregistré à 9 kilomètres de profondeur, dans la zone de Macerata, dans les Marches. Paradoxalement, cette secousse a probablement sauvé de nombreuses vies, en poussant les habitants hors de leur maison avant la deuxième secousse, plus destructrice. 

"Beaucoup de panique"

"La situation est apocalyptique. Beaucoup de maisons se sont écroulées, notre village est fini", a déclaré à la télévision Marco Rinaldi, maire d'Ussita. "La deuxième secousse a été longue, elle a été terrible. J'ai ressenti beaucoup de séismes mais celui-là a été le plus fort. Heureusement, tout le monde était déjà dehors après la première", a-t-il ajouté. 


Les secouristes à pied d'oeuvre toute la nuit peinaient à se faire une idée réelle de l'étendue des dégâts dans l'immédiat.  "Quelques blessés et beaucoup de panique", commentait le chef de la protection civile, Fabrizio Curcio, estimant que la sitution n'était "pas si catastrophique". Plusieurs de dizaines de personnes ont été légèrement blessées. Les dégâts sont surtout matériels. 

Des maisons écroulées, le courant coupé...

Après la deuxième secousse, les chaînes de télévision italiennes ont diffusé des images de bâtiments effondrés et d'habitants hébétés devant leurs maisons écroulées. "Il n'est pas très facile de faire les évaluations dans le noir et la météo est mauvaise dans toute la région. Il faudra voir plus précisément à la lumière du jour", a expliqué M. Curcio. 


A Ussita, les 25 pensionnaires d'une maison de retraite ont dû être évacués. "Il n'y a plus de courant. Il y a sûrement des écroulements, c'est vraiment dur. En plus, c'est le déluge", a déclaré à la télévision italienne SkyTg24 Mauro Falcucci, maire de Castel Sant'Angelo sul Nera, petite commune de 300 habitants.

La protection civile a d'ores et déjà aménagé des hébergements collectifs pour des centaines de personnes, et elle se préparait malgré le froid à rouvrir certains des campements de tentes établis après le séisme d'Amatrice en août. La protection civile a déconseillé les déplacements, plusieurs routes de la région étant coupées ou réservées aux secouristes. Les écoles resteront fermées jeudi par mesure de précaution. Au moins 4 000 personnes sont dans l'impossibilité de retourner à leur logement, indique la protection civile.


"Je veux remercier ceux qui travaillent sous la pluie dans les zones du séisme", a salué le chef du gouvernement italien, Matteo Renzi, sur Twitter, dans la soirée. "Toute l'Italie serre fort dans ses bras les populations frappées une nouvelle fois". 

Selon la presse, de nouveaux effondrements ont été enregistrés dans les "zones rouges" du séisme d'août, les zones interdites d'accès en raison de la fragilité des bouts de bâtiments tenant encore debout. Ce nouveau tremblement de terre se produit deux mois après le puissant séisme qui a frappé Amatrice et sa région le 24 août dernier, faisant près de 300 morts. Dans leur première édition de jeudi matin, plusieurs journaux italiens titraien : "Le cauchemar sans fin". 

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter