Trump évacué en pleine conférence de presse après des tirs à l'extérieur de la Maison Blanche

Trump évacué en pleine conférence de presse après des tirs à l'extérieur de la Maison Blanche
International

ETATS-UNIS - Donald Trump a brusquement interrompu lundi une conférence de presse à la Maison Blanche, avant de revenir expliquer que le "Secret Service" venait de tirer sur une personne "à l'extérieur de la Maison Blanche".

Incident pour le moins inhabituel à la Maison Blanche. Donald Trump a brusquement interrompu, lundi 10 août, la conférence de presse qu'il tenait au sein de la résidence présidentielle, celle-ci étant alors brièvement placée en confinement, avant de revenir expliquer que le Secret Service, chargé de protéger le président des Etats-Unis, venait de tirer sur une personne "à l'extérieur" du bâtiment.

"La police a tiré sur quelqu'un", a expliqué le président américain à son retour devant les journalistes. "Et le suspect est en route pour l'hôpital", a-t-il ajouté. A la question de savoir si ce suspect était armé, le président a répondu : "D'après ce que je comprends, oui". "C'était à l'extérieur" de la barrière de la Maison Blanche, a-t-il ajouté. Le service de protection du président a ensuite confirmé "qu'un agent [avait] fait usage de son arme à l'angle de la 17e rue et de Pennsylvania Avenue".

Le monde a toujours été un endroit dangereux. Cela n'a peut-être rien à voir avec moi- Donald Trump

L'homme, a précisé le service, courait "agressivement" vers l'agent qui l'a neutralisé, avant de sortir un objet de ses vêtements pour se mettre en "position du tireur", avant que l'officier ne le touche au torse. Un manifestant qui campe devant la Maison Blanche depuis des années a indiqué avoir "entendu un tir et, juste avant ça, des cris qui n'étaient pas intelligibles", avant que "au moins huit ou neuf hommes" n'arrivent "en courant en pointant leurs AR-15".

Donald Trump a ensuite repris sa conférence de presse centrée sur la pandémie et l'économie américaine, non sans faire l'économie d'un retour sur ce moment de flottement. A un journaliste qui lui demandait s'il avait été "secoué" par l'incident, il a relativisé : "Le monde a toujours été un endroit dangereux. Ce n'est pas quelque chose de spécial". Et suggéré que "cela n'a[vait] peut-être rien à voir avec [lui]." Avant de retourner aux affaires courantes, il a félicité ses anges-gardiens : "Je me sens en sécurité avec le Secret Service. Ce sont des gens fantastiques, les meilleurs des meilleurs".

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent