VIDEO - Tuerie de Charleston : Dylann Roof impassible face aux proches des victimes

VIDEO - Tuerie de Charleston : Dylann Roof impassible face aux proches des victimes

DirectLCI
ÉTATS-UNIS - L'auteur présumé de la tuerie de Charleston, qui comparaissait vendredi 19 juin par vidéo interposée depuis sa prison, n'a laissé transparaître aucune émotion à l'écoute des souffrances des proches des victimes. Plusieurs disent le "pardonner".

Il n'a laissé transparaître aucune émotion. Dylann Roof, l'auteur présumé du massacre de neuf Noirs à Charleston, a comparu ce vendredi par vidéo interposée devant un tribunal de la ville  pour une audience de pure forme concernant ses chefs d'accusation et son incarcération.

"Vous avez fait du mal à beaucoup de gens mais je vous pardonne"

Une audience particulièrement émouvante à laquelle assistaient des familles de victimes. Impassible, le jeune homme de 21 ans a écouté les proches des victimes de la tuerie, dont certaines affirment le "pardonner".

"Vous m'avez fait du mal, vous avez fait du mal à beaucoup de gens mais je vous pardonne, je vous pardonne", a notamment déclaré la fille d'Ethel Lance, 70 ans. "Que Dieu ait pitié de vous", a-t-elle ajouté. "Repentez-vous, confessez-vous à celui qui compte le plus, le Christ", a indiqué de son côté Anthony Thompson, dont l'épouse Myra, 59 ans, a été tuée.

EN SAVOIR + >> Tuerie de Charleston : Inculpé, le suspect est passé aux aveux

Il voulait déclarer "une guerre raciale"

Arrêté jeudi et accusé d'être l'auteur de la pire tuerie raciste aux Etats-Unis depuis des décennies, Dylann Roof a été inculpé pour l'assassinat de neuf personnes et "détention d'arme à feu dans le cadre d'un crime violent". Il aurait ouvert le feu avec un pistolet semi-automatique mercredi soir sur les participants à une soirée de lecture biblique à l'Emanuel African Methodist Episcopal Church, la plus vieille église de la communauté noire de la ville.

Alors que le jeune homme aurait selon CNN confié aux policiers qu'il souhaitait "déclarer une guerre raciale", le ministère de la Justice a précisé qu'il allait enquêter pour savoir si cet acte était non seulement un crime motivé par la haine, mais aussi un "acte de terrorisme intérieur".

EN SAVOIR + >> "Si un noir avait tiré sur des blancs, on aurait spontanément parlé de terrorisme"

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter