VIDÉO - Un hélicoptère de l'armée américaine perd sa fenêtre au dessus d'une école japonaise

International
DirectLCI
ACCIDENT - La vitre d'un aéronef militaire américain est tombée ce mercredi sur le terrain de sport d'un établissement scolaire d'Okinawa, où des enfants étaient en cours. Si aucun d'eux n'a été blessé sérieusement, la situation risque d'alimenter l'opposition à la présence des Forces armées des États-Unis dans l'archipel.

Une vitre d'environ 90 centimètres de longueur et autant en largeur. C'est ce que des écoliers de l'île japonaise d'Okinawa ont vu tomber du ciel ce mercredi matin, alors qu'ils étaient en cours de sport. L'objet volant (non) identifié provenait d'un hélicoptère militaire américain, ont confirmé les Marines en s'excusant pour cet incident qu'ils ont qualifié de "regrettable" et risquant d'alimenter l'opposition à leur présence dans l'archipel. Si "aucun élève n'a été blessé sérieusement", a déclaré un officier de police à Okinawa à l'AFP, plusieurs parents se sont en effet indignés. "Des enfants auraient pu mourir si c'était tombé au mauvais endroit sur le terrain", a notamment reproché une mère de famille, interrogée devant l'école par la chaîne privée TBS.

La base aérienne américaine très contestée au Japon

"Ce type d'incident inquiète non seulement les gens de l'école mais tous les habitants d'Okinawa et ne devrait jamais se produire", a déclaré le porte-parole du gouvernement Yoshihide Suga. Il se trouve que la base aérienne américaine de Futenma, près de laquelle s'est produit l'incident de mercredi, est particulièrement contestée au Japon. Ses riverains réclament depuis des années sa fermeture, invoquant la pollution sonore et des problèmes de sécurité. Deux mois plus tôt, un hélicoptère militaire américain avait notamment pris feu à l'atterrissage dans un champ désert d'Okinawa, sans faire de blessé. 


Alors que 47.000 soldats américains sont basés au Japon, dont plus de la moitié dans le petit archipel, où leur présence est souvent mal vécue par les habitants, l'US Army a assuré prendre la situation "extrêmement au sérieux" et a ouvert une enquête. 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter