VIDÉO - Un mineur devenu millionnaire après la vente de deux pierres de tanzanite

La tanzanite de la fortune
International

DÉCOUVERTE - Saniniu Kuryan Laizer a obtenu sept millions de shillings, soit près de trois millions d'euros, de la vente de ces pierres précieuses au gouvernement tanzanien.

Deux pierres, d'environ 5 et 9,3 kilos : cette découverte a permis à Saniniu Kuryan Laizer d'empocher près de trois millions d'euros, après les avoir vendues à son gouvernement. Ce mineur artisanal de 52 ans a mis au jour deux des plus gros fragments de tanzanite trouvés dans le pays éponyme. Cette pierre précieuse, dont la couleur varie de bleue à violette, n'est exploitée qu'au sein des montagnes Merarani, zone du nord située près du mont Kilimandjaro où les roches ont été dénichées. 

"Un vingtième de la valeur potentielle"

Le gouvernement a fait savoir sur Twitter que les pierres seraient conservées au musée national. De son côté, Saniniu Kuryan Laizer a annoncé son intention de mettre à profit cet argent pour développer sa communauté. "J'envisage de construire un centre commercial à Arusha et une école près de ma maison", a-t-il détaillé. 

La somme qui lui a été versée ne représente qu'une fraction de sa valeur dans le commerce, d'après le joaillier Le Vian, qui avait acquis la moitié de la production de tanzanite dans les années 1980 et 1990. "Bien que les trois millions de dollars payés au mineur aient indubitablement changé sa vie pour toujours, il ne s'agit que d'un vingtième de la valeur potentielle sur le marché des pierres qu'il a découvertes", a déclaré dans un communiqué Eddie LeVian, son directeur général.

Le poids de la contrebande

Les pierres ont été découvertes dans une zone que le président tanzanien, John Magufuli, avait décidé d'entourer d'un mur en 2018 pour contrôler la production et lutter contre les exportations illégales de tanzanite, notamment vers l'Inde. Lors de l'érection de cette barrière de 24,4 km de long, le président Magufuli avait estimé que 40% de la production nationale était perdue en contrebande.

"Nous passons maintenant d'une situation dans laquelle les petits mineurs faisaient du trafic de tanzanite à une où ils respectent les procédures, et payent les taxes gouvernementales et les royalties", s'est félicité le ministre des Mines, Doto Biteko, lors d'une réception organisée mercredi dans la ville de Manyara pour célébrer l'événement. Un rapport parlementaire, publié en septembre 2017, assurait que l'extraction de la tanzanite profitait essentiellement aux exploitants et aux trafiquants. En cause : la corruption dans le secteur et des contrats défavorables.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent