VIDÉO - Un pétrolier en feu depuis trois jours : la Chine tente à tout prix d'éviter une marée noire

VIDÉO - Un pétrolier en feu depuis trois jours : la Chine tente à tout prix d'éviter une marée noire

CATASTROPHE - Depuis trois jours, la Chine essaye d'éviter par tous les moyens une marée noire catastrophique.

La Chine craint le pire. Ce samedi, le tanker Sanchi, chargé de 136.000 tonnes d'hydrocarbures légers à son bord, a pris feu suite à sa collision avec un navire de fret chinois. Ce bateau, sous pavillon panaméen mais appartenant à la National Iranian Tanker Company (NITC), l'opérateur administrant la flotte de navires pétroliers de l'Iran, est long de 274 mètres. L'accident s'est produit à environ 300 kilomètres à l'est de Shanghai en pleine mer de Chine Orientale.

Les 32 membres d'équipage du tanker, 30 Iraniens et deux Bangladais, sont toujours portés disparus. 13 "bateaux spécialisés" ont été réquisitionnés pour tenter de les retrouver. De leur côté, les 21 marins du navire chinois ont été sauvés par les autorités.

Lire aussi

Toujours en feu

Alors que le drame a démarré il y a trois jours, le navire est toujours en proie aux flammes, a affirmé ce mardi le ministère chinois des Transports . À présent, les autorités chinoises craignent une marée noire sans précédent. De son côté, Greenpeace se veut un peu plus rassurant. "Avec le bateau en feu, la plupart de ces condensats devraient se consumer et non se répandre dans l'eau", a estimé l'ONG dans un communiqué envoyé à nos confrères de l'AFP. "Toutefois, si le navire coule avant la combustion totale des hydrocarbures, les opérations de nettoyage seront extrêmement compliquées", poursuit le communiqué.

Le ministère chinois des Affaires étrangères a indiqué ce lundi dans la soirée que des bateaux de nettoyage avaient été dépêchés sur le lieu de l'accident afin d'éviter "toute autre désastre" lié aux fuites d'hydrocarbures. Mais ces opérations ne sont pas facilitées par des conditions météorologiques très compliquées. De plus, le pétrolier présente "un risque d'explosion ou de naufrage, et les émanations toxiques [...] sont nocives pour le personnel de secours présent sur les lieux", a souligné le ministère des Transports. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Variant Omicron : l'Afrique du Sud devrait rapidement passer les 10.000 contaminations quotidiennes

Covid-19 : que sait-on des symptômes du variant Omicron ?

VIDÉO - "Ça ne finit pas de tomber" : la galère des automobilistes bloqués par la neige sur l’A89

Covid-19 : de l'école primaire au collège, les changements attendus à partir de ce lundi

VIDÉO - Manche : quand les Anglais assistent, consternés, à l'arrivée de centaines de migrants sur leurs côtes

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.