VIDÉO - Une lycéenne noire violentée en classe par un policier, le FBI ouvre une enquête

VIDÉO - Une lycéenne noire violentée en classe par un policier, le FBI ouvre une enquête

DirectLCI
COLUMBIA - Une vidéo montrant un policier blanc procédant dans une école américaine à l'arrestation brutale d'une lycéenne noire provoque l'indignation sur les réseaux sociaux depuis lundi. La justice américaine a ouvert une enquête officielle. Hillary Clinton, candidate démocrate, a jugé "inacceptable" la façon dont s’était déroulée l’interpellation.

Les images sont rapidement devenues virales sur Internet. La vidéo montrant un policier blanc procédant dans une école américaine à l'arrestation musclée d'une lycéenne noire, l'arrachant violemment de sa chaise en la cravatant avant de la traîner par terre à travers la classe, ont provoqué l'indignation sur les réseaux sociaux. Les vidéos de #AssaultAtSpringValleyHigh , en référence au nom de l'école, publiées sur Twitter, ont rapidement fait le tour de la toile.

Ces images, probablement prises par des élèves avec leur téléphone portable lundi, montrent le policier entrer dans la classe. Il a une brève conversation avec une jeune fille, assise à son bureau, avant de la saisir par le cou, de la renverser sur le dos et de la traîner sur le sol. Elle ne semble montrer aucune résistance.

Une enquête interne et une enquête officielle ouvertes

Curtis Wilson, porte-parole du département du shérif du comté de Richland, a indiqué lors d'une conférence de presse que la lycéenne, invitée "à plusieurs reprises", pour des raisons non élucidées, à quitter sa classe, avait refusé. Le policier, Ben Fields, l'un des deux agents référents de cette école de Spring Valley, a fait l'objet d'une suspension administrative pendant la durée d'une enquête interne, a indiqué NBC News. La chaîne a par ailleurs indiqué que Ben Fields avait déjà comparu en 2013 pour une affaire dans laquelle des étudiants afro-américains "avaient été visés de manière injuste et brutale".

Plus tard dans la journée, la justice américaine a indiqué qu'elle se saisissait de l'affaire en ouvrant à son tour une enquête. "Le service des droits civils du bureau de Columbia du FBI et le bureau du procureur du district de Caroline du Sud ont ouvert une enquête sur les circonstances de l'arrestation d'une élève du lycée de Spring Valley", indique le communiqué officiel. "Le FBI rassemblera tous les éléments de preuve nécessaires pour déterminer s'il y a eu violation d'une loi fédérale", précise le texte.

À LIRE AUSSI >> Etats-Unis : le policier qui a pointé son arme sur des ados noirs démissionne  

Hillary Clinton s'indigne

L’affaire n’a pas tardé à trouver un écho dans la campagne des primaires pour la présidentielle américaine. Hillary Clinton, candidate démocrate, a jugé "inacceptable" la façon dont s’était déroulée l’interpellation. "On ne peut trouver aucune excuse à la violence au sein d’une école", a-t-elle commenté sur son compte Twitter. 

"Dans une salle de classe, les élèves devraient se voir offrir l’éducation et non la violence", a réagi de son côté l’Union américaine de défense des libertés civiles (ACLU), dénonçant une violence "scandaleuse". Cette nouvelle controverse intervient après une série d’affaires de violences policières, parfois meurtrières, perpétrées par des policiers blancs contre de jeunes hommes ou des adolescents noirs.

 

Plus d'articles

Sur le même sujet