Venezuela : 2 morts et 7 blessés dans l'attaque d'une base militaire qualifiée de "terroriste" par Maduro

International

CRISE - Les autorités vénézuéliennes ont annoncé dimanche avoir étouffé dans l’œuf une rébellion dans une base militaire de Valencia, et deux des auteurs de cette "attaque terroriste" ont été tués et huir autres interpellés.

Les autorités vénézuéliennes ont annoncé dimanche avoir étouffé dans l'œuf une rébellion dans une base militaire de Valencia, la troisième ville du pays. Deux des auteurs de cette rébellion, qualifiée "d'attaque terroriste" par le président Nicolas Maduro, ont été tués et huit autres interpellés.

Vingt "mercenaires" sont entrés dans la base militaire de Naguanagua, à 170 km à l'ouest de Caracas, peu avant 4 heures du matin dimanche, a annoncé le président vénézuélien Nicolas Maduro, avant de faire état de deux morts parmi les insurgés. Dans une vidéo mise en ligne, une douzaine d'hommes portant l'uniforme militaire affirment que le but de cette insurrection était de rétablir la démocratie dans le pays, secoué depuis des mois par une agitation anti-gouvernementale.

En vidéo

Qui est Nicolas Maduro, le président vénézulelien contesté

L'un des hommes, qui dit s'appeler Juan Carlos Caguaripano et être un ancien capitaine de la Garde nationale, annonce "exiger la formation immédiate d'un gouvernement de transition". Et d'ajouter que "ce n'est pas un coup d'Etat", mais "une action civique et militaire pour rétablir l'ordre constitutionnel. Et, au-delà de cela, il s'agit de sauver le pays de la destruction totale".

120 dans les manifestations depuis 4 mois

Certains des insurgés sont parvenus à voler des armes de la base et font l'objet d'"intenses recherches" des forces de sécurité, a annoncé le ministère de la Défense dans un communiqué. L'armée vénézuélienne a qualifié la rébellion de "démonstration de propagande" visant à déstabiliser le pays et a réaffirmé sa loyauté au président dans un communiqué.

Lire aussi

La tension politique et sociale au Venezuela est au plus haut depuis quatre mois, avec des manifestations quasi-quotidiennes contre le pouvoir en place, qui ont fait plus de 120 morts. Elle s'est encore aggravée avec l'entrée en fonctions de l'Assemblée constituante élue le 30 juillet, en dépit du boycottage de l'opposition, et dont la première décision samedi a été le limogeage de la procureure générale, Luisa Ortega. Figure des anti-Maduro.

Des centaines de personnes ont manifesté à Valencia en soutien aux rebelles, mais la plupart d'entre eux ont été rapidement dispersés par des gaz lacrymogènes dimanche midi, et le reste du Venezuela semblait calme. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter