VIDÉO – Venezuela : emblème des manifestations contre le président Maduro, Wuilly, le jeune violoniste, a été blessé et hospitalisé

DirectLCI
SYMBOLE – Wuilly Arteaga, 23 ans, devenu, avec son violon, l’un des emblèmes de la protestation anti-Maduro au Venezuela, a été blessé lors des violents affrontements survenus samedi à Caracas. Hospitalisé, le visage tuméfié, le jeune homme entend continuer la lutte et assure qu’il ne se laissera pas intimider.

Ses blessures témoignent de la violence qui sévit actuellement au Venezuela. Wuilly Arteaga, violoniste de 23 ans, devenu, avec son instrument, l’un des emblèmes de la contestation contre le président Nicolas Maduro, a été durement touché au visage samedi lors de violents affrontements survenus à Caracas entre forces de l’ordre et manifestants. Des affrontements quasi-quotidiens depuis le mois d’avril et qui ont déjà fait plus de 100 morts. 


Le jeune artiste a été atteint par des plombs de chasse, selon ses dires, et saignait abondamment. Pris en charge en urgence dans la rue par des médecins volontaires, il a été hospitalisé dans un centre de soins de la capitale. Lèvres gonflées, visage tuméfié, celui qui s’est rendu célèbre en jouant du violon à l'enterrement d'un musicien de 18 ans, Armando Cañizales, tué par balle début mai pendant une manifestation, a assuré qu’il entendait continuer la lutte et qu’il ne se laisserait pas impressionner.

"Ni les balles ni les plombs nous empêcheront de continuer"

"Je ne vais pas me laisser intimider (...). Nous allons continuer la lutte", a déclaré Wuilly Arteaga dans une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux, où on peut le voir sur un brancard, le visage bandé, paré d’une chemise aux couleurs du Venezuela. "Ni les balles ni les plombs nous empêcheront de continuer à nous battre jusqu’à l’indépendance du Venezuela", a clamé le jeune homme, soulignant qu’il serait "de retour dans la rue" dès ce dimanche pour jouer sa musique. 

En proie à une triple crise, politique, économique et énergétique, le Venezuela est plus que jamais dans le marasme. L'opposition, majoritaire au Parlement, dénonce depuis des mois le projet de réforme constitutionnelle du président Maduro - de plus en plus isolé - comme une manœuvre déguisée pour instaurer une dictature.


À l’inverse, le successeur d’Hugo Chavez soutient que cette réforme est le "seul  chemin vers la paix". Les membres de l'assemblée constituante censée réécrire la Constitution doivent être élus le 30 juillet.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter