Vidéos d'explosion en Russie : quand les médias et les internautes s'emmêlent les pinceaux

International

Toute L'info sur

À la loupe

CHAMPIGNON NUCLÉAIRE ? - De nombreuses vidéos d'une explosion survenue en Russie sont relayées sur les réseaux sociaux ces derniers jours. De nombreux internautes mais aussi de grands médias assurent qu'elles correspondent à l'accident nucléaire survenu ce jeudi 8 août, près de Nyonoksa, dans le Grand Nord. Il s'agit en réalité d'une des explosions d'un dépôt de munitions en Sibérie, dans lequel un incendie a débuté le 5 août. Explications.

Samedi 10 août, deux jours après l'explosion survenue sur une base de tir de missiles dans le Grand Nord, la Russie a reconnu qu'il s'agissait d'un incident nucléaire, suscitant de nombreuses réactions sur les réseaux sociaux. Une vidéo d'explosion est largement partagée. On y voit une fumée noirâtre monter dans la ciel suivi d'un nuage plus clair, formant un champignon. Pour de nombreux internautes, voilà la preuve par l'image : il s'agit d'un champignon radioactif.


En réalité, cette vidéo ne montre pas l'explosion d'éléments radioactifs près du village de Nyonoksa, dans la région d'Arkhangelsk. Une méprise qui concerne également de nombreuses vidéos qui circulent actuellement sur les réseaux sociaux.

Alors de quoi s'agit-il ? Cette explosion spectaculaire a eu lieu quelques jours plus tôt, en Sibérie. Le lundi 5 août, un dépôt de munitions a pris feu dans un dépôt d'obus d'une unité militaire stationnée près de la ville d'Atchinsk, dans la région de Krasnoïarsk. Les habitants des environs ont été nombreux à sortir leur téléphone et à capter ce moment et pour cause : cet incendie a provoqué plusieurs explosions, leur laissant le temps de dégainer leur appareil.

Dans un thread, Rebecca Dumbar rapporte les faits en temps réel et y compile de nombreuses vidéos d'internautes. Son premier post (ci-dessous) montre ainsi dès le 5 août la vidéo du fameux champignon. Une heure plus tard, elle indique : "Des explosions sont toujours signalées dans le dépôt de munitions de l'armée près de Kamenka dans la régions de Krasnoyarsk". Puis, montrant des images désolées du village tout proche de Kamenka, traversée de cratères et dont les maisons ont été brûlées, elle explique : "Les explosions dans les entrepôts n'ont pas cessé toute la nuit". Des milliers de personnes ont été évacuées.


Comme on le voit ci-dessous, d'autres explosions ont eu lieu tard dans la soirée, alors que la nuit commençait à tomber.

Entre les localisations de la première explosion survenue lundi, dans la région de Krasnoïarsk et celle de jeudi, dans celle d'Arkhangelsk, on comptabilise plus de 4000 kilomètres de distance, comme le montre la carte ci-dessous :

Certains tweets sont d'ailleurs révélateurs de la confusion qui régne. Dans son tweet montrant l'explosion du dépôt de munitions (et relayé plus de 1200 fois), Ulysse Paris indique : "L'explosion près de Kamenka en Sibérie dans une usine militaire est liée à la fabrication de missiles nucléaires. L’état d’urgence décrété, au moins 5 morts 12 blessés et 16.000 personnes évacuées." Cet internaute mélange ainsi les deux événements. Comme nous l'expliquions, l'accident nucléaire ne s'est pas déroulé dans l'entrepôt de munitions de Kamenka mais à des milliers de kilomètres de là, sur une base de tir de missiles nucléaires près du village de Nyonoksa, dans le Grand Nord, plus précisément sur une "plate-forme maritime". C'est également lors de cet accident qu'au moins 5 personnes ont été tuées. Un homme a quant à lui été tué à Kamenka.


Certains médias ont répété la même erreur, à l'image de BFM. Dans un reportage (cf. ci dessous), elle illustre "l'explosion de jeudi" par des images de celle... d'Atchinsk. Plus étonnant encore, les images sont sourcées avec le bon lieu, c'est-à-dire "Achinsk (Russie)", mais indique comme date "jeudi dernier". 

Ce qui peut expliquer la méprise est que le site d'Atchinsk a connu de nouvelles explosions le vendredi 9 août, soit 4 jours après le premier incident, comme le rapporte l'agence de presse TASS. "Le service de presse du gouverneur de la région de Krasnoïarsk a déclaré que (ces) explosions avaient eu lieu au cours d'une opération d'élimination d'obus, mais une source des services de sécurité, citée par TASS, aurait déclaré qu'un éclair avait provoqué les explosions", indique-t-elle.

Seule une vidéo semble bel et bien montrer l'explosion de la plateforme maritime. Moins spectaculaire, elle est diffusée par plusieurs médias russes (cf. ci-dessous). On y découvre un incendie et un panache de fumée noirâtre, avec en arrière plan la mer. Les images correspondent par ailleurs aux photos publiées par les médias locaux, comme ici, ou encore là.

Vous souhaitez réagir à cet article, nous poser des questions ou nous soumettre une information qui ne vous paraît pas fiable ? N'hésitez pas à nous écrire à l'adresse alaloupe@tf1.fr

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter