Violences conjugales : une présentatrice égyptienne apparaît à l’écran le visage tuméfié

Violences conjugales : une présentatrice égyptienne apparaît à l’écran le visage tuméfié

COUP D'ÉCLAT – Manal Agha a fait sensation à la télévision égyptienne. La présentatrice de "Samak Laban Tamr Hindi" a ouvert son émission avec le visage tuméfié. Elle voulait dénoncer les violences conjugales et inciter les victimes à ne plus se cacher.

Assise sur son canapé, comme à l’accoutumé. Manal Agha s’apprête à présenter son émission comme d’habitude. Puis, la caméra se rapproche du visage de la présentatrice et elle apparaît, le visage tuméfiée que ses grands yeux bleus peinent à illuminer. Elle se laisse alors aller à quelques confidences en ouverture du programme "Samak Laban Tamr Hindi" ("Poisson, lait, tamarin" littéralement, mais qui fait référence à quelque chose qui manque totalement de cohérence), diffusé la semaine passée sur une chaîne privée égyptienne Alhadas Elyoum .

La jeune femme laisse alors entendre qu’elle a été victime de violences conjugales, qu’elle a songé à annuler l’émission, mais qu’elle ne veut pas "se cacher la tête dans le sable", rapporte le site Al Arabiya. "Le mariage est basé sur l’affection et la compassion. Pas sur l’humiliation, le déferlement de coups et le manque de retenue", explique-t-elle.

Une séquence émouvante… Et soudainement, Manal Agha revient à l’antenne. Les bleus ont disparu, l’attitude n’est plus la même et la présentatrice a retrouvé de sa splendeur. Elle explique alors que tout cela n’était que du maquillage. Elle voulait ainsi prendre position contre les violences entre époux et inciter les victimes à en parler ouvertement.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : d'ex-chefs d'États et prix Nobel appellent à lever les brevets des vaccins

AstraZeneca : "Un crève-cœur" pour ces médecins contraints de jeter des doses inutilisées

Quels sont les scénarios pour rouvrir les terrasses et les lieux culturels le 15 mai ?

Affaire Mia : pourquoi l'alerte enlèvement a-t-elle été levée aussi rapidement ?

"60 à 70% des victimes" britanniques de la troisième vague étaient-elles vraiment "vaccinées" ?

Lire et commenter