Tensions et couvre-feu aux Etats-Unis après des tirs de la police contre un homme noir non armé

Tensions et couvre-feu aux Etats-Unis après des tirs de la police contre un homme noir non armé

BLACK LIVES MATTER - La contestation grandit aux Etats-Unis suite à la diffusion, sur les réseaux sociaux, d'une vidéo où l'on voit des policiers blancs tirer dans le dos d'un homme noir non armé. Les manifestations ont repris dans de nombreuses villes du pays avec des affrontements entre manifestants et force de l'ordre.

"Pas de justice ! Pas de paix !". La colère monte aux Etats-Unis après la diffusion sur les réseaux sociaux d'une vidéo montrant une nouvelle bavure policière envers un homme noir dans le Wisconsin. Des milliers de manifestants du mouvement Black Lives Matter se sont réunis devant le tribunal de Kenosha, à une quarantaine de kilomètres au sud de Milwaukee, où la police a tiré dimanche à plusieurs reprises à bout pourtant sur Jacob Blake. Dans la voiture, ses trois fils étaient présents et "ont vu la police tirer sur leur père (...) Ils seront traumatisés à vie", affirme l'avocat de la famille. 

Sur les images, on peut voir l'homme de 29 ans contourner sa voiture, suivi par deux policiers. Un agent a attrapé son débardeur au moment où il ouvre la portière et tente de s'installer sur le siège conducteur. La police tire alors sept fois dans le dos de Jacob Blake, d'après le son de l'enregistrement vidéo. Opéré d'urgence à Milwaukee, l'état de Jacob Blake reste critique, mais il est en voie d'amélioration d'après ses proches.

Toute l'info sur

Jacob Blake : la nouvelle affaire qui choque l'Amérique

Affaire Jacob Blake : que s'est-il passé ?

Couvre-feu imposé

Face à la contestation grandissante, la ville de Kenosha a annoncé la mise en place d'un couvre-feu pour la nuit de lundi à mardi après les débordements de la veille. Mais ça n'a pas arrêté les manifestants qui, une heure après son entrée en vigueur, se sont réunis et la police a répondu en lançant des gaz lacrymogènes. Le gouverneur du Wisconsin, Tony Evers, a appelé à des manifestations pacifiques et a annoncé l'arrivée de 125 militaires de la Garde nationale pour rétablir l'ordre dans la ville. 

Lire aussi

Son adjoint, Mandela Barnes, Afro-américain, a de son côté déclaré que ce drame "n'était pas un accident" ni une "bavure" avant de dénoncer une "violence ordinaire pour beaucoup d'entre nous". Mais l'agitation a aussi atteint d'autres villes des Etats-Unis comme à Portland et Chicago. A Minneapolis, la ville où George Floyd a été tué, le drapeau américain a été brûlé par les manifestants et quelques 200 personnes se sont réunies à New York, poing levé, en scandant le nom de Jacob Blake. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Chute (incontrôlée) d’une fusée chinoise ce week-end : où va-t-elle retomber sur Terre ?

Vincent éliminé de "Koh-Lanta" : "En rentrant, je me suis inscrit à une formation pour devenir coach de vie"

Jérusalem : au moins 180 blessés dans des heurts entre Palestiniens et police israélienne

EN DIRECT - Week-end de l'Ascension, vaccin AstraZeneca... l'appel de Jean Castex

Féminicide à Mérignac : "Ça s'est joué à une seconde", témoigne un voisin qui a tenté de s'interposer

Lire et commenter

LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.