Chaos au Gabon : cinq morts après l'élection contestée de Bongo

Chaos au Gabon : cinq morts après l'élection contestée de Bongo

CRISE AU GABON - Nouveau bilan de cinq morts à Libreville après les violences perpétrées suite à l'annonce des résultats de la présidentielle. Plus de 1000 arrestations ont été réalisées.

Le climat reste tendu au Gabon après la victoire d’Ali Bongo à l’élection présidentielle. Des heurts se sont produits à Libreville jeudi, faisant cinq morts et 1100 arrestations. Le Conseil de sécurité de l'Onu a fait part de sa "profonde préoccupation" et ses pays membres "ont appelé tous les candidats, leurs partisans, les partis politiques et les autres acteurs à rester calmes, à s'abstenir de tomber dans la violence ou d'autres provocations et à résoudre tout différend éventuel à travers les mécanismes constitutionnels et légaux établis".

Pris à partie par la communauté internationale et l'opposition, le président gabonais a affiché sa fermeté, rejetant la responsabilité des violences sur des "groupuscules formés à la destruction". Et d’ajouter : "Les élections ont rendu leur verdict [...] Qui a perdu? Un groupuscule dont le seul projet était de prendre le pouvoir pour se servir du Gabon et non servir le Gabon". 

Toute l'info sur

La crise qui secoue le Gabon

En vidéo

Gabon : plus de 1.000 personnes arrêtées

Jean Ping réclame une assistance internationale

Jean Ping, candidat malheureux du scrutin, a appelé la communauté internationale et notamment la France, à l’aide après l’assaut donné dans son QG par les forces de sécurité et la garde républicaine. "Je suis attaqué, caillassé, menacé de partout", a-t-il déclaré à LCI, réclamant la protection de la population contre un "clan de mercenaires". 

En vidéo

Crise au Gabon : les résidents Français invités à rester chez eux

Amie avec le Gabon depuis plusieurs décennies, la France (qui avait soutenu la candidature d’Ali Bongo en 2009) a cette fois exprimée ses "doutes" quant à la véracité des résultats de l’élection. Le président François Hollande a réclamé "un processus garantissant la transparence" et le ministre des affaires étrangères Jean-Marc Ayrault a demandé à ce que "les résultats des élections soient donnés bureau par bureau". Des annonces mal reçues par le président gabonais qui a  dénoncé "l'ingérence et le néo-colonialisme" du PS. 

Heureusement, il en reste un qui est moins regardant. Nicolas Sarkozy a en effet adressé ses "félicitations" et "ses vœux de succès" au vainqueur. 

En vidéo

Jean-Ping : "Je suis le président élu du Gabon"

En vidéo

Gabon : plus de 1.000 personnes arrêtées

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

REVIVEZ - Marghe remporte "The Voice 2021"

EN DIRECT - Covid-19 : les réanimations toujours en baisse, légère hausse dans les hospitalisations

EN DIRECT - Gaza : l'immeuble abritant des médias, une cible "parfaitement légitime" selon Netanyahu

Marghe, gagnante de "The Voice 2021" : "Florent Pagny m’a dit que j’avais un ange gardien"

CARTE - Covid-19 : quelle est la situation épidémique dans votre département ?

Lire et commenter

LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.