Visite de François Hollande en Allemagne : l'Ukraine au cœur des discussions

Visite de François Hollande en Allemagne : l'Ukraine au cœur des discussions

DirectLCI
DIPLOMATIE – François Hollande conclut ce samedi sa visite à Stralsund, le fief de la chancelière allemande Angela Merkel, au bord de la mer Baltique. Dans une déclaration commune, les deux dirigeants ont rappelé que la tenue de l'élection présidentielle le 25 mai en Ukraine était indispensable pour espérer une sortie de crise.

Un moment "de détente et d'amitié", mais aussi, forcément, de travail. La visite de François Hollande en Allemagne, qui se termine ce samedi, a permis au président français de consolider ses relations avec Angela Merkel. Mais la situation en Ukraine n'était jamais bien loin des discussions entre les deux dirigeants.

Au lendemain de la démonstration de force de Vladimir Poutine à l'occasion des commémorations célébrant le 69e anniversaire de la victoire de l'URSS sur l'Allemagne nazie, François Hollande et Angela Merkel ont rappelé leur "grande préoccupation" quant aux vives tensions qui secouent l'Ukraine. Ils ont ainsi demandé à la Russie une réduction visible de leurs forces aux frontières, et "condamné" les référendums sur l'indépendance qui doivent se tenir dimanche dans certaines provinces à l'Est du pays, à l'initiative des séparatistes pro-russes.

Une vingtaine de morts dans le sud-est

Pour le duo franco-allemand, il y a une échéance incontournable pour une désescalade : l'élection présidentielle du 25 mai, qui doit désigner un successeur au pro-Russe Viktor Ianoukovitch, destitué fin février après trois mois de contestation. "Notre objectif, notre exigence, est qu'il y ait une élection incontestable et transparente. Nous sommes attachés à la liberté et au droit des peuples. Nous tenons à ce que les Ukrainiens puissent s'exprimer", a déclaré le président français. Les deux chefs d'Etat ont également menacé Vladimir Poutine de "conséquences" si la Russie continuait de manœuvrer pour que ce scrutin n'ait pas lieu.

"Cette élection doit fournir au président élu une légitimité indispensable, menant vers une sortie de crise", a ajouté François Hollande. Sur le terrain, la situation reste en effet très tendue. Vendredi, des affrontements ont fait une vingtaine de morts à Marioupol, dans le sud-est du pays. A Donetsk, place forte des rebelles pro-russes, plusieurs membres de la Croix-Rouge ont été arrêtés. Soupçonnés d'espionnage, ils ont été interrogés puis relâchés dans la nuit de vendredi à samedi. 

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter