Vladimir Poutine, l'homme aux 40 milliards

Vladimir Poutine, l'homme aux 40 milliards

DirectLCI
RUSSIE – Les Etats-Unis ont durci lundi leurs sanctions économiques à l’encontre de la Russie. Parmi les cibles, 17 entreprises appartenant à l'entourage de Vladimir Poutine. Le Trésor américain espère ainsi toucher indirectement au portefeuille du maître du Kremlin.

Comment faire plier le maître du Kremlin ? Craignant une invasion russe en Ukraine, les Etats-Unis ont annoncé lundi de nouvelles sanctions économiques contre la Russie . Mais ils n'ont pas visé au hasard. Pour atteindre Vladimir Poutine, le Trésor américain a décidé de cibler son portefeuille personnel, en visant la garde rapprochée du président : lundi, 17 entreprises de son entourage, ainsi que sept hauts responsables russes se retrouvent sous le coup de sanctions économiques. Des entreprises qui fourniraient en fait directement le compte en banque du président.

Selon les évaluations controversées de la CIA, Vladimir Poutine détiendrait en effet pas moins de 40 milliards de dollars en actions et en liquide. Une fortune colossale amassée grâce à des participations dans Gazprom et d'autres groupes d'hydrocarbures. Il possèderait ainsi 4,5% du géant gazier Gazprom (dirigé par son ancien adjoint à la mairie) et au moins 50% de la plus importante société privée d'exportation du pétrole russe, Gunvor. Son fondateur, Guennadi Timchenko, est sur la liste noire du Trésor. Une 'information formellement démentie par l'entreprise, qui nous assure que Vladimir Poutine "n'en est pas actionnaire, ni directement ni indirectement, et n'y a aucun intérêt".

Des milliards d'euros dans les coffres Suisses ?

Mais ce n'est pas tout. Selon un récent article du Times, citant une source gouvernementale américaine anonyme, les États-Unis envisageraient d'aller plus loin si la Russie envoyait des troupes en Ukraine. Cette fois, en s'attaquant directement aux comptes en Suisse de Vladimir Poutine, où ce dernier entreposerait une partie de son pactole. Le quotidien britannique affirme que les Etats-Unis pourraient demander la coopération de la Suisse pour identifier des placements faits sous des prête-nom.

Le Kremlin a toujours démenti l'ampleur de la fortune du président, qualifiant ces chiffres d'"absurdes". "Vladimir Poutine a construit son image sur la probité, la relative modestie et la promiscuité avec le peuple, observe la spécialiste de la Russie Françoise Daucé. De telles révélations seraient donc très mauvaises pour son image". "D'ailleurs, assure la spécialiste, depuis son accession au pouvoir, aucun journaliste russe n'a réussi à enquêter sur la question des biens personnels de Vladimir Poutine sans avoir de très gros ennuis". La fortune du président reste, pour l'instant, le secret le mieux gardé de Moscou.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter