Vol Ryanair dérouté : l'UE va frapper Loukachenko "au portefeuille"

Les autorités biélorusses ont intercepté dimanche 23 mai un appareil commercial. Un opposant au pouvoir a notamment été arrêté.

RIPOSTE - L'Union européenne va approuver lundi une série de mesures économiques contre la Biélorussie afin de sanctionner le déroutage d'un avion de ligne fin mai, qui avait permis l'arrestation de l'opposant Roman Protassevitch.

Des sanctions qui visent à "faire mal" au pouvoir biélorusse. L'Union européenne va approuver lundi une série de mesures économiques contre le régime d'Alexandre Loukachenko, a appris l'AFP ce vendredi de sources diplomatiques. Elle souhaite ainsi sanctionner la répression et le déroutement d'un avion Ryanair vers Minsk dimanche 23 mai, afin d’arrêter le journaliste dissident Roman Protassevitch. Les ministres des Affaires étrangères de l'UE sont appelés à donner leur accord "afin de frapper au portefeuille" les autorités biélorusses lors d'une réunion lundi à Luxembourg, a expliqué un diplomate.

Toute l'info sur

Biélorussie : l'arrestation spectaculaire de l'opposant Roman Protassevitch

Entrée en vigueur "le plus vite possible"

Ces sanctions vont viser les exportations de potasse, les secteurs du tabac, du pétrole et de la pétrochimie, les armes et équipements utilisés pour la répression de l'opposition et les biens à double usage, civil et militaire, a-t-il précisé. Des mesures contre le secteur financier sont également en discussion, a-t-il ajouté. "Il s'agit de sanctions qui vont faire mal", comme l'ont demandé les dirigeants européens, a commenté le diplomate.

"L'Union européenne n'adopte pas souvent des sanctions économiques et cela prend du temps", a souligné un autre diplomate. Après le feu vert attendu lundi, le service diplomatique de l'UE les finalisera sur le plan juridique afin qu'elles entrent en vigueur "le plus vite possible".

Des sanctions individuelles également attendues

Malgré l'empressement de l'UE, la mise en place de ces sanctions pourrait cependant prendre plus de temps que souhaité. L'unanimité est requise pour l'adoption des sanctions et les États membres ont souvent tendance à privilégier leurs intérêts au détriment de l'action, a en effet regretté un responsable européen. L'Autriche émet par exemple des réserves sur les sanctions financières "pour ne pas pénaliser ses banques", a-t-il expliqué à l'AFP.

Les ministres vont également "donner leur imprimatur" à l'ajout de 78 noms et de 7 entités à la liste des responsables biélorusses sanctionnés pour la répression de l'opposition, dont 7 sont impliqués dans le déroutement du vol de Ryanair, selon la même source. Ces personnes seront interdites de séjour et leurs avoirs dans l'UE seront saisis. Il sera en outre interdit d'accorder des financements européens aux entités concernées. L'UE a déjà sanctionné 88 membres du régime dont le président Loukachenko et son fils.

En vidéo

Détournement d'un avion Ryanair : le coup de force de la Biélorussie

L'UE reconnaît que ces sanctions vont avoir des conséquences pour les citoyens de l'ex-république soviétique à l'image de la fermeture de l'espace aérien de l'UE aux avions biélorusses. Décidée juste après le déroutage de l'avion, elle a pénalisé les déplacements des Bélarusses.

Lire aussi

L'opposante en exil Svetlana Tikhanovskaïa sera reçue lundi à Bruxelles par les collaborateurs du chef de la diplomatie européenne Josep Borrell pour être informée des sanctions. Elle doit aussi donner une conférence de presse.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Renvoi du Premier ministre, accusation de "coup d'État", manifestations... Que se passe-t-il en Tunisie ?

Covid-19 : face à l'explosion des cas, la Haute-Corse prend de nouvelles mesures restrictives

EN DIRECT - Avec la progression du variant Delta, la pression remonte dans les hôpitaux

Pass sanitaire, terrasses, obligation vaccinale... Ce que prévoit le projet de loi adopté par le Parlement

Normandie : l'alcool en cause dans l'accident qui a tué quatre adolescents de 16 ans

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.