"Vous êtes fiché" : le mystérieux texto reçu par les manifestants à Kiev

"Vous êtes fiché" : le mystérieux texto reçu par les manifestants à Kiev

International
DirectLCI
BIG BROTHER - Les manifestants se trouvant sur les lieux des débordements violents à Kiev, en Ukraine, ont reçu des messages menaçants cette semaine, évoquant leur fichage en tant que fauteur de troubles. Le gouvernement dément être à l'origine de ces intimidations.

Piratage de masse ou menace d'un gouvernement espion ? Cette semaine, de nombreux manifestants de Kiev ont reçu sur leur téléphone portable un très étrange SMS : "Cher abonné, vous êtes fiché comme participant à un trouble massif à l'ordre public".

Un message clairement destiné à intimider les protestataires, engagés dans un violent affrontement avec les forces de l'ordre , qui a notamment causé la mort de cinq personnes mercredi. S'agit-il d'une manoeuvre du gouvernement ukrainien, qui a dégainé un véritable arsenal répressif - aussi bien législatif et policier - à l'encontre des manifestants cette semaine ?

Le gouvernement nie toute responsabilité

Certains se sont en tout cas empressés de dénoncer une méthode digne des pires régimes totalitaires comme celui imaginé par George Orwell dans son roman 1984 et son fameux "Big Brother is watching you".

Car si le ministère de l'Intérieur a démenti être l'auteur du SMS, le gouvernement n'a pas caché sa volonté d'en découdre. Dans la nuit de mardi, avant de donner son feu vert à l'assaut policier, le pouvoir a en effet publié les nouvelles lois permettant des sanctions allant jusqu'à cinq ans de prison à l’encontre de ces derniers. Et d'après le Guardian , le gouvernement a reconnu se servir des images de vidéo-surveillance "pour déterminer qui étaient les participants les plus actifs dans les émeutes, et les arrêter".

Un envoi bien ciblé

Contactées par le journal ukrainien Ukrainskaya Pravda, les trois entreprises de téléphonie mobile en Ukraine (Kyivstar , MTS et Life) ont, elle aussi, décliné toute responsabilité. L'opérateur Kyivstar évoque cependant la possibilité d'une opération de hackers, qui aurait permis d'envoyer des messages aux clients de tout opérateur qui se trouveraient dans une même zone.

Car c'est bien le ciblage extrêmement pointu des messages qui inquiète : hormis "quelques grand-mères faisant paisiblement la sieste chez elle loin des affrontements", la quasi-totalité des personnes ayant reçu le fameux texto se trouvaient bien parmi les manifestants, explique le New York Times. Ce qui amène à la conclusion que la géolocalisation des citoyens grâce à leur appareil est bel et bien une réalité en Ukraine.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter