"Vous ne prenez pas ça au sérieux" : les Italiens critiquent la légèreté des Français face au coronavirus

"Vous ne prenez pas ça au sérieux" : les Italiens critiquent la légèreté des Français face au coronavirus

CORONAVIRUS - Après les autorités sanitaires ce dimanche, c'est au tour des Italiens d'envoyer un message d'alerte à la population française. Face au coronavirus, ils estiment que nous n'en faisons pas assez.

Les responsables politiques ne sont pas les seuls à regretter le "laxisme" des Français. Alors qu'Olivier Véran, traits tirés et mine fatiguée, les "conjurait" ce dimanche soir à respecter les "mesures de restrictions sociales", les Italiens sont encore plus stupéfaits. Depuis ce week-end, ils tentent donc d'alerter leurs voisins : il ne faut pas prendre le coronavirus à la légère. Au risque de voir les décès exploser et les hôpitaux se surcharger.

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Lire aussi

Le comportement des Français jugé "surréaliste"

"En France, plus de personnes sur les places que dans les bureaux de vote", titre Il Messaggero, stupéfait. Le quotidien accuse très directement "les Français, mais surtout les Parisiens" d'avoir montré pour la "deuxième fois en quelques jours" qu'ils n'avaient pas compris à la gravité de la situation. Après les sorties jusqu'au bout de la nuit samedi - malgré la gravité de l'allocution d'Emmanuel Macron la veille et celle du Premier ministre quelques heures avant - les images de la population qui s'agglutine dans les parcs ou sur les quais ce dimanche ont en effet fait le tour du monde. 

Aujourd'hui, les quotidiens du pays s'étonnent donc de ces images, décrites comme "surréalistes". Et surtout, ils s'inquiètent de "la courbe des contagions" qui s'approche dangereusement de celle qu'a observée l'Italie il y a une dizaine de jours. Une mise en garde qui n'est pas nouvelle. Au contraire. L'une des premières est d'ailleurs arrivée avant même que les premiers messages politiques ne soient lancés. Des correspondants français demandaient, depuis jeudi dernier, à chacun de "prendre conscience de la gravité du danger". "Il n'y a plus de temps à perdre !", écrivaient-ils déjà.

Reste tranquille et tout ça sera bientôt fini.- Une Italienne confinée

Dans la société civile aussi, on s'inquiète. Alors, une dizaine de personnes a voulu sonner l'alerte via des vidéos à destination d'eux-mêmes dix jours avant. Soit la situation dans laquelle la France serait aujourd'hui. Face caméra, ils envoient un "message depuis l'avenir". Et pour une fois, le message est limpide : "Il va se passer un vrai bordel". "Je suis persuadée que tu as entendu parler du coronavirus", lance par exemple une jeune femme, avant de continuer, "tout comme je suis certaine que tu es en train de prendre la chose à la légère". Un message qui cible directement tout ceux qui continuent à vivre sans la conscience de cette menace. Sans se rendre compte que, à ce rythme, "dans dix jours, la vie ne sera plus comme avant", pour reprendre les mots de l'un des participants. Un jeune homme avertit ainsi que, comme en Italie, "les infections ne vont cesser d'augmenter" prouvant "que tout ça ne sont pas des 'conneries' comme tu le penses". Car c'est bien ce "laxisme" qu'Emmanuel Macron a regretté hier qui pourrait conduire à voir le chiffre des citoyens contaminés exploser, comme ce fut le cas en Italie. Résultat chez nos voisins? "On est dans une belle quarantaine, comme celle qu'on ne voit que dans les films".

Alors, la solution est claire : "Si tu dois aller dehors fais le uniquement en cas d'extrême nécessité". Et de conclure cette vidéo avec un conseil : "Ne déconne pas."

Lire aussi

Des avertissements pratiques ... et philosophiques

Des conseils, tous les Italiens semblent en avoir. Ceux qui sont en première ligne en Europe en profitent pour nous envoyer des avertissements sur notre quotidien à venir. Sur Twitter par exemple, l'une d'entre elle partage son expérience en ce qui concerne les rationnements. Disant n'avoir connu de pénurie à "aucun moment" dans les supermarchés, elle assure que même "les rayons parfois pris d'assaut sont rapidement réapprovisionnés". Une préconisation qui rejoint celle des acteurs de la grande distribution qui, face à la ruée des clients, appellent au calme et au civisme.

Une autre Italienne préfère, elle, livrer des conseils plus psychologiques. Dans une tribune publiée dans Libération, Cristina Comencini invite ses "cousins Français" à voir dans ce confinement la chance de "s'inventer une nouvelle vie". Confinée, cette Romaine voit dans cette mise à l'isolement l'opportunité pour tous de "régler nos comptes avec un sentiment que nous évitons à tout prix : l'ennui". Et d'y ajouter "la lenteur aussi, le silence, les heures vides". 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Que risquera-t-on en roulant sans pneus hiver après lundi ? Le 20H vous répond

EN DIRECT - Procès du 13-Novembre : "On aurait voulu faire plus", assure un policier aux parties civiles

"C’est ridicule" : la colère monte face aux routes bloquées de la frontière franco-espagnole

VIDÉO – Un an de pluie en quelques heures : les images des dégâts des inondations monstres en Sicile

Plus de 5000 cas de Covid-19 par jour : peut-on déjà parler de "cinquième vague" de l'épidémie ?

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.